Plus juste la France sera plus forte

  Il est dur d’invoquer le nom de la Révolution, surtout dans un système démocratique qui, comme le nôtre, s’est souvent enlisé dans la corruption plus ou moins aggravée… Nous ne sommes pas encore en Colombie, mais les menteurs, les hypocrites et le double-jeu sont courants en politique. Vouloir se réclamer de la fraternité n’est pas forcément la défendre… et certains socialistes le savent.

  Les choses ont-elles changé alors ? Le devaient-elles ? Quelle leçon tirer du fameux « 21 avril 2002 ? » En premier lieu, personnellement, je n’y vois pas de « séisme », rien d’extraordinaire à vrai dire. Oui, le FN était au second tour, et alors ? C’était une possibilité. Et oui, ils ont éliminé Jospin du jeu… à 100 000 voix près. Bon, et après ? C’est le jeu politique. Il faut l’accepter.

  Mais si la défaite de Jospin, et plus tard des élections législatives, a indubitablement montré qu’un froid s’était installé envers les électeurs, à tort ou à raison ( ce qui est tout de même la leçon du dispersement des voix ), on ne doit pas les considérer hors de leur paysage médiatique : la campagne de 2002 a sans doute été l’une des plus violentes en matière d’alarmisme sur l’insécurité, et de désinformation sur la frontière droite-gauche qu’ait connu la France ( relativement aux moyens technologiques ).

  L’assaut a été rude, d’autant qu’il n’a pas été anticipé ( malgré un bon bilan sur la sécurité, Jospin n’a pas su mettre ce thème en avant ).

  Que s’est-il passé depuis ? Après à peine quelques temps de gouvernance UMP, le rejet a été tel que toutes les régions, sauf une, sont passées du bord socialiste. La politique sécuritaire allant jusqu’aux mensonges dans la bouche d’un ministre pour couvrir une bavure policière, ont été à l’origine de trois semaines d’émeutes.

  Imaginons simplement que ce gouvernement ait tenu deux ans de plus, si par exemple nous étions toujours en régime de septennat; Les émeutes n’auraient pas cessé alors. La lutte contre le CPE n’aurait peut-être pas été écourtée.

  Face à tous ces dangers, la position des socialistes doit être exemplaire, et forcément intelligente; C’est en ce sens que le « Plan Royal », inspiré notamment par des exemples dans d’autres pays, apporte de nouvelles cartes. Régionalisation, syndicalisation de masse, sécurité sociale professionnelle, intégration des valeurs sociales en environnementales dans l’économie, remise en question de la BCE, restructuration de la cellule familiale, du soutien scolaire, de l’aide aux handicapés, réajustement de l’inflation calculée d’après des indices honnêtes…

  Sans vouloir ainsi appeler révolutionnaire ce que certains considèrent comme de la « social-démocratie », il faut reconnaître que c’est un plan global, qui touche à beaucoup de secteurs et en relie pour la première fois certains ( ex : Régions et Culture, ou Citoyens et Surveillance des politiques ).

  Ici, nous essaierons d’y voir un peu plus clair dans tout ceci.

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales