Chirac aura dépensé 8 fois plus que Mitterrand

elysee.jpg

  C’est ce qui ressort d’études sur lesquelles s’appuie Ségolène Royal ( les comptes publics de l’Elysée étant un labyrinthe à peine éclairci par les réformes Jospin qui ont aboli, entre autres, les « enveloppes » officieuses ). 798% exactement d’augmentation des frais de l’Elysée, entre 1995 et 2006. Joli record.

  Détail final :

1960/de Gaulle 2,35
1974/Pompidou 2,53
1981/Mitterrand 3,03
1994/Mitterrand 3,31
1997/Chirac 7,78
1998/Chirac 13,73
2001/Chirac 21,2
2003/Chirac 30,9
2005/Chirac 31,9

  Eh oui, notre Cour censément moderne est plus dépensière que celle d’apparat de l’Angleterre. De loin ( car il faut aussi compter avec le budget national et sénatorial qui font la part belle aux projets bidons qui remplissent les poches corrompues ).

  Voici ce que propose le Parti Socialiste, et notamment sa candidate :

 ( extrait d’une dépêche AP )

  « La présidence de la République doit devenir économe et transparente. Un euro dépensé sera un euro utile », a-t-elle promis lors d’une déclaration à la presse au siège de son équipe de campagne, à Paris. A cet égard, la candidate socialiste a dénoncé la « profonde opacité » actuelle et l’ »impossibilité à connaître avec précision les dépenses sur fonds publics » de l’Elysée.

  S’appuyant sur les travaux réalisés par le député socialiste René Dosière, elle a souligné qu’entre 1995 et 2006 le budget de l’Elysée a augmenté « de plus de 798% », « une augmentation considérable ». « Il faut mettre fin à cette dérive monarchique qui consiste à faire croire qu’un chef de l’Etat peut dépenser l’argent public sans contrôle et sans limite ».

  Ségolène Royal s’est donc engagée à mettre en oeuvre « cinq réformes »: le budget de l’Elysée serait examiné en « totalité » par le Parlement dans le cadre de la loi de finances; il serait soumis au contrôle de la Cour des comptes; les dépenses privées (déplacements, vacances, famille) seraient « interdites »; les frais de réception devraient à terme être divisés par deux; et une commission dresserait l’inventaire du coût de leur entretien afin de proposer « l’ouverture au public de tous les parcs et jardins » attenants. « Aucune » propriété « ne sera écartée de cette liste », a-t-elle assuré, alors qu’on l’interrogeait sur le Fort de Brégançon (Var).

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales