Un grand merci de la France aux « étrangers » ( Fraternité d’armes )

  Je profite humblement du dernier discours de Royal, qui reprenait certaines considérations historiques sur le rôle des « étrangers » dans la survie de notre démocratie, pour relayer ici ces faits, et peut-être laisser un « merci » symbolique et virtuel à tous ceux qui ont défendu la France, lorsque la France elle-même les repoussait.

  OUI sans les arabes et les noirs qu’elle avait colonisé, la France aurait tout perdu lors des deux dernières guerres mondiales, OUI elle aurait auparavant perpétué sa dictature si, en 1848, ses territoires les plus éloignés ne s’étaient pas rebellés pour soutenir la République renaissante, OUI la France n’aurait pas connu ses « trente glorieuses » sans le soutien des travailleurs immigrés, qu’elle s’est empressée de fourguer dans des clapiers à lapin, OUI les harkis ont défendu la France, et OUI elle les a laissé assassiner.

  OUI, les actes de certains des dirigeants français sont des fils-de-puteries qui, par cupidité, ont soutenu l’esclavage, monté des gouvernements iniques dans presque la moitié de l’Afrique, pour du pétrole, pour des pierres précieuses.

  Ces propos peuvent choquer, j’en suis conscient. Il faut néanmoins en rappeler encore l’actualité.

  Le rôle des « étrangers » ( j’aime pas ce mot, je l’ai déjà écrit, car un Blanc peut être plus étranger en France – un touriste, par exemple - qu’un Noir, qui peut être né sur le territoire ) dans cette élection est évidemment crucial. Mais foin des clichés électoralistes : Il n’y a pas seulement « la peur du méchant Le Pen » qui est en jeu. Pourquoi ? Parce que les noirs, arabes, chinois, tout ce que vous voulez, sont aussi racistes que leurs homologues. Enfin, personnellement, je ne me fais pas d’espoir, le vote FN n’est pas réservé qu’aux « blancs ». Les noirs des îles vont rejeter les noirs d’Afrique, les italiens arrivés il y a à peine cinquante ans rejettent les arabes plus récemment débarqués… le racisme est une longue tradition relative, et on peut remonter ainsi jusqu’aux bretons ( qui occupaient un peu la place des polonais d’aujourd’hui ), voire même jusqu’aux burgondes, etc…

  La France a toujours été un grand bordel de cultures. Chaque région y a ses différentes spécialités, ses influences ( allemande/suisse pour le Nord, Magheb pour Marseille, Anglosaxonne/nordique pour la Bretagne… ). Les racistes ont-ils autant de patrimoine culturel à revendiquer ?

  Reste donc l’Histoire. L’égalité entre tous les citoyens, sur le territoire de la République… mais pas seulement. La France a toujours été une puissance dont les frontières diplomatiques étaient troubles. C’est la fameuse exclusivité du chef de l’Etat dans les affaires internationales. Les peuples du Libéria, Centrafrique, Tchad, Soudan, Maroc, Algérie, Rwanda, Côte d’Ivoire, Bénin, Niger, Cameroun, Gabon, les deux Congo et Madagascar, entre autres, ont souffert - et souffrent actuellement ! - de nos velléités diplomatiques.

  La technique est simple, je la vulgarise ici : Un dictateur ( généralement formé par la France, Polytechnique par exemple ) fait un coup d’état. Il refile la majeure partie des ressources naturelles à des sociétés principalement françaises ( Aaaah… ELF, quelle saloperie ), contre un appui international et, bien sûr, militaire. Là, il y a plusieurs formules : Le trafic d’armes ou le maintien de forces « spéciales » sur place. En série, bien sûr, les médias français désinforment leur public en parlant ( lorsqu’ils en parlent ) d’affrontements avec des  »rebelles »…

  Excusez-moi, moi petit bourgeois « bobo » rebelle ou tout ce qu’on voudra, mais effectivement lorsqu’un despote se maintient en place en faisant tuer tous ceux qui le dérangent pendant plus de vingt ans, effectivement, je conçois qu’on ait les boules.

  Pour ce que ça vaut, j’envoie ainsi un petit salut aux camarades  »rebelles » qui veulent simplement la démocratie et un meilleur gouvernement dans leur pays. Ces atroces affaires de néocolonialisme ont toujours tendu sous notre Histoire; Je les comparerais au vote des femmes, lors de notre première Révolution. Que vaut une République citoyenne sans la moitié de son corps électoral ? Ce qui nous paraît évident ( quoique, hélàs ) maintenant… l’étant en fait tout autant à l’époque ! Eh oui, ami lecteur, je ne vais pas prétendre que « les temps changent ». C’est une affaire de logique.

  Mais que vaut la logique contre l’esclavage, qu’il soit celui des femmes ou celui des noirs ? La logique peut-elle payer un avocat, ou former un parti politique ?

  Les esclavagistes, eux, le peuvent. Et la gauche n’est pas vierge de reproches sur ce sujet. La question de ce que fait la France en-dehors de son territoire officiel, est donc peut-être aussi désespérément logique et évidente que celle de savoir si une femme a un cerveau. Reste à trouver les chevaliers qui la trancheront, et maintiendront les acquis de cette nouvelle révolution.

  Oui, Royal veut mettre fin à la Françafrique, là où Sarkozy a déjà commencé à tisser des liens avec les vieux réseaux chiraquiens. Oui, Mitterrand a perpétué les massacres et les exploitations de l’Afrique, et Chirac a doublé la dose après son départ – allant jusqu’à mettre ainsi notre pays au banc de l’ONU en matière de sécurité mondiale. Mais il s’en fout. Et on n’en parle pas. Le plus vieil axiome de la politique…

  En 2007, la France peut-elle cesser enfin d’être une dictature mondiale, et s’affirmer en tant que République protectrice ?  

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales