Le Centre menace…

PARIS (AFP) – Les « Gracques », collectif d’anciens collaborateurs des gouvernements socialistes, lancent un appel en faveur d’un « accord de gouvernement » entre le PS et le centre et à des « désistements mutuels » aux législatives, dans une tribune parue lundi dans le Nouvel Observateur.
 
« La gauche (traditionnelle) est morte. Vive la gauche (moderne)! », écrivent en guise de préambule les Gracques, qui avaient appelé avant le premier tour de la présidentielle à une alliance entre Ségolène Royal et François Bayrou.
 
« François Bayrou a démontré la vitalité d’un courant social-démocrate autonome vis-à-vis de la droite. Sa force réunie à celles de la gauche ouvrait la voie à la victoire. Mais le PS n’a pas osé ».
 
A leurs yeux, « pour franchir de nouvelles étapes, il faut un aggiornamento de la pensée socialiste dont la traduction la plus tangible serait un accord politique en bonne et due forme avec le centre aux législatives » des 10 et 17 juin, avec un « accord de gouvernement » et des « désistements mutuels ».
 
« De même que le trop faible report des voix de François Bayrou a fermé la porte de l’Elysée à Ségolène Royal, des triangulaires dans de nombreuses circonscriptions interdiraient une puissance parlementaire à la gauche », expliquent-ils.
 
Ils font valoir que « cette mécanique des accords électoraux et de gouvernement doit refléter un accord de programme ».
 
Pour eux, lors de la présidentielle, « la gauche a perdu la bataille des idées, non pas tellement sur les questions de société (…) mais sur la stratégie économique et sociale ».
 
Ils estiment qu’une « alliance avec le centre peut être décisive pour aider le PS à se réinventer » et notent que sur le terrain économique, « c’est au parti socialiste d’accomplir l’essentiel du chemin » vers le compromis avec le centre.
 
Ils proposent une plate-forme autour de 10 points allant de l’investissement dans la recherche et la formation à la relance de la construction européenne, en passant par la stabilisation à terme puis à la réduction de la dette.
 
Pour eux, ce mouvement vers le centre « est inéluctable » et « retarder cette « nouvelle alliance » porterait « le risque « d’une nouvelle défaite ».

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales