Marre de la mort

  Les gens sont des gros cons. Je l’écris sans complexe, en étant convaincu – et également, de manière très pratique je l’avoue, bien protégé derrière mon écran.

  L’axiome n’en reste pas pour autant moins vrai. Incapables de se figurer la complexité d’un système ( au pif, la législation sur l’immigration ), les gens se rattachent, au mieux, à leur expérience personnelle, au pire aux salades haineuses. Ce qui tombe bien, vu qu’en ce moment, les médias sont loin d’avoir épuisé leur stock.

  En résumé, quand il s’agit d’avoir une discussion claire avec quelqu’un, sur les conditions de régularisation d’un travailleur immigré par exemple, on peut toujours courir, mais dès qu’il y a un mort ( ou presque ), là tout de suite…

  …et en plus, c’est un enfant, vous vous rendez compte, ma bonne dame ? Donc voilà, un gamin a chuté et a failli y passer, pendant que des policiers procédaient à un éloignement du territoire de toute sa famille. Laissons de côté l’aspect politique pour un instant – complexe et, certes, polémique à plus d’un titre – pour revenir sur les salades.

  Un enfant a failli mourir. Et après ? Est-ce que cela changera les lois ? En un sens, j’espère que non. S’il fallait sacrifier un gamin à chaque fois qu’on veut quelque chose… Donc rien ne changera, peut-être même pas pour la famille de la victime. [Edit : Ils ont droit à six mois de sursis en attendant le rétablissement de l'enfant... Super...] Mais le spectacle continue. Les médias tartinent ici et là la figure de celui qu’ils auraient superbement ignoré s’il ne s’était pas défenestré, les braves gens bouffent leur merde à 20H en ayant leur rasade d’ « émotions », et cela ne fera pas avancer le schmilblick ; au contraire ; en rattachant encore une fois une législation difficile à comprendre et déjà très bizarrement appliquée ( la double peine, un coup oui, un coup non ? ) à une simple « affaire », on brouille encore les cartes.

  Mais bon… ce n’est pas comme si j’y croyais encore, hein. Autant aller gueuler devant un précipice… les gens se délectent de la haine raciale, et de la xénophobie en général. Elle les fait se sentir supérieurs, responsables même, patriotes, et se substitue parfaitement à une réelle approche juridique du problème ( Allez, même toi qui passe sur ce site, as-tu déjà ouvert un Code Pénal ? )

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales