Bayrou prophète de l’air

Image de prévisualisation YouTube

  Chose promise, chose due (avec un peu de retard, pardon…) – je viens de me taper 45 minutes de Bayrou, afin de pouvoir juger en toute honnêteté de sa « rentrée politique ».

  Je vous laisse faire de même, si votre bonne conscience ou votre naïveté vous en donne la force… je reste donc, hélas, sur mon opinion. Et pourtant, j’aurai abordé, je le jure, ce discours avec une totale neutralité. Mais trop, c’est trop.

  Tenez, rien que le début de ce truc, piqué sur leur site  (en version résumée car dans la bouche de Bayrou, les circonlocutions fleurissent), est un aveu. Je le copie ici. Admirez le poujadisme : La gauche c’est nul, la droite c’est nul, tout le reste n’existe pas, donc forcément par élimination, votez pour nous. Quoiqu’en dise Bayrou, son discours est ségrégationniste : tout ce qui n’est pas dans le Modem n’est pas représentatif du peuple, et seul le Modem est « démocrate »…

  La question est celle-ci : est-ce que l’offre politique qui a été proposée aux Français jusqu’à maintenant, est-ce que cette offre est suffisante ? Est-ce que cette offre est satisfaisante ? Est-ce que l’UMP, version Nicolas Sarkozy, le Parti socialiste, comme les deux choix obligatoires, avec autour d’eux un nombre limité de satellites sans grande importance… Est-ce la bonne réponse aux attentes de notre peuple, aux attentes présentes, aux attentes à venir ? Pendant des mois de campagne électorale présidentielle, mon engagement n’a eu qu’un sens, et le vôtre avec moi : montrer aux citoyens qu’ils n’étaient pas condamnés à ce choix entre deux impasses. Qu’il était de leur droit d’électeur, et de notre devoir de candidat, de tracer un autre chemin.

  Bayrou le prophète, donc. L’historien. Le poète. Le curé. Ce n’est pas le talent qui manque à cet homme : c’est la matière. 45 minutes d’autocongratulation, de flatterie, de poésie. Lorsqu’il a besoin de toucher, Bayrou sort ses citations : Malraux, Ecclésiaste, et j’en passe… un passage me fait dresser le sourcil : la charge poétique lancée contre les « traîtres » de son parti, qui sont allés composer le « Nouveau Centre » autour de Morin, principalement. Eh ben j’aurais tendance à les préférer à Bayrou-le-sauveur. Même si l’attaque formulée ne manque pas de panache.

  Reste donc, que le monsieur « Démocrate », tout lettré et bon orateur qu’il est, fait montre d’un narcissisme tel, que j’en tombe décidément à la renverse. Narcissisme évidemment soigneusement empaqueté dans de l’orange « démocrate » et des remerciements de pas moins de 6 minutes en entrée de discours.

  Pour se convaincre de l’aspect « démocratique » du MoDem, il suffit de noter le nombre de mentions que fait Bayrou, quant aux idées issues de son « forum démocrate », organisé un peu plus tôt. Simplement aucune. Le prophète prêche en vase clos, devant une foule qu’il manipule comme c’est pas permis – levez-vous pour applaudir tels et tels, asseyez-vous, vous pouvez applaudir, etc… il flatte. Bel exercice de variations synonymiques, sur le thème du brossage dans le sens du poil : Soyez fiers de vous, vous n’entrez pas contre les idées que vous aviez avant mais avec elles, remerciements envers les bénévoles, si vous êtes frustrés de ne pas recevoir de réponse mail intégrez donc notre service Internet, soyez fiers de vous encore une fois, regardez ce superbe score que nous avons fait, avant de « devoir » forcément choisir entre deux « clans » et gnagnagna… tous les autres partis étant inexistants.

  Nan, décidément cet homme est un bel hypocrite. Est-ce si original, en politique ? En trois quarts d’heure, je n’ai pu isoler en matière d’idées politiques qu’une formule : la droite cherche l’économique sans le social, la gauche le social sans l’économique, et nous, nous voulons la social-économie. Incroyable. S’y ajoute la proposition des « deux emplois sans charge par entreprise » (peu importe la taille ?), qui serait à en croire le monsieur une idée maîtresse de la campagne qui vient de s’écouler. Et puis, vous reprendrez bien un peu de « peuple », de « citoyen », d’Histoire et de citations… bref, j’ai bien l’impression d’avoir, encore, perdu mon temps. Circulez, mes bons révolutionnaires, y’a rien à voir…

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales