Bayrou met en garde

Et sur ce sujet-là, je suis bien d’accord avec lui… A noter que le Béarnais se fait hacher menu par la presse officielle, ce qui prouve bien les velléités affichées de Sarkozy à son égard. Je pense que Bayrou voudra toujours exister indépendamment des autres partis, mais qu’il va essayer de déporter progressivement le centre vers la gauche; ce qui peut être vraiment destructeur pour le PS, car c’est en fait dans ce centre « chrétien-modéré » qu’il a le plus de chances de gagner de nouvelles voix… Le MoDem reste donc un parti de droite au niveau de ses élus, et de centre-gauche par rapport à sa base militante, mené par un chef qui n’a pas déféni clairement ses alliances…

PARIS – (AP) François Bayrou repart à l’offensive. Le président du Mouvement démocrate (MoDem), tentant de se positionner comme l’opposant numéro un au chef de l’Etat, a dénoncé mercredi lors de ses voeux la « politique du tournis » et une dérive monarchique de Nicolas Sarkozy.

Le troisième homme de l’élection présidentielle de 2007, et futur candidat en 2012, avait choisi de présenter ses voeux au lendemain de la conférence de presse du chef de l’Etat. Entouré de son dernier carré de fidèles, il a consacré l’essentiel de sa rencontre avec les journalistes à critiquer la « méthode » et les « valeurs » de l’hôte de l’Elysée.

« On a une impression d’improvisation, d’influences contradictoires, de foucades », a attaqué le centriste. « Mais où est la logique, où est la cohérence, où est la préparation, où est la négociation préalable? »

M. Bayrou a mis en exergue la fin des 35 heures souhaitée mardi par Nicolas Sarkozy, qu’il considère comme « un changement de cap à 180 degrés » par rapport à la politique du « travailler plus pour gagner plus » suivie jusque-là par le gouvernement. « On va remplacer des heures supplémentaires payées 25% de plus, non chargées et non imposées, par des heures normales, payées 25% de moins, chargées et imposées! Si je compte bien, c’est donc travailler plus pour gagner moins », a-t-il ironisé.

Dénonçant le « leurre » de la stratégie de réforme consistant à vouloir « tout changer en même temps », le président du MoDem y a vu la preuve de la « politique du tournis » suivie par Nicolas Sarkozy, « contraire d’une vraie politique de réformes ». « Il y a un côté puéril, enfantin, dans cette idée que l’on va tout mettre par terre et tout reconstruire sans réflexion préalable, sans concertation », a-t-il grincé.

Pour le président du MoDem, cette politique repose sur « l’idée fausse » du « pouvoir d’un seul », caractéristique de la monarchie. « La France pourrait réfléchir avantageusement à la constitution de la monarchie qu’elle est en train de vivre », a-t-il glissé, précisant qu’il n’assisterait pas aux voeux de Nicolas Sarkozy aux parlementaires prévus en fin de journée.

Sur le fond, M. Bayrou a accusé M. Sarkozy de « défaire méthodiquement tout ce qui a été fait en France à partir du programme du Conseil national de la résistance ». « On dit politique de civilisation, et la réalité est abandon de la civilisation au profit de la société de la force, de l’argent et de la peopolisation », a-t-il lancé.

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales