La Cour des Comptes pas contente…

attachementnewsphtml.jpg 

  Quand on pense que c’est Séguin qui la préside… ben alors, ils se tapent entre eux, maintenant, à droite ? En tout cas, on ne peut que saluer l’honnêteté et l’intégrité de cette institution (pour l’instant)…

 

Le rapport de la Cour des Comptes publié mercredi, qui passe traditionnellement au crible les politiques publiques, fait cette année la part belle aux maladresses coûteuses et à la gestion approximative de l’Etat dans ses privatisations et ses opérations immobilières.

Faute de stratégie claire et d’une bonne évaluation des conditions de marché, « l’Etat actionnaire » ne réalise pas toujours de bonnes affaires et les recettes des privatisations ont eu trop souvent tendance à financer les dépenses courantes du budget général plutôt que le désendettement de la France.

La privatisation des sociétés d’autoroutes (de 2002 à 2006) est notamment montrée du doigt, l’Etat ayant au passage omis de protéger l’usager contre des hausses tarifaires excessives des nouveaux concessionnaires privés.

Retards, surcoûts, incohérences: la compétence de l’Etat dans le domaine immobilier ne paraît guère plus satisfaisante à la Cour, qui dénonce des dérapages multiples et une gestion « au fil de l’eau ».

Quant à la liquidation des actifs douteux hérités du Crédit Lyonnais, du GAN ou du Crédit Foncier de France dans les années 90, elle aura coûté plus de 20 milliards d’euros au contribuable, qui a souvent réglé la note en lieu et place des sociétés concernées.

Le rapport passe ensuite en revue une vingtaine de sujets, du CNRS, dont l’Etat doit clarifier le rôle, la fusion ANPE-Unedic, les universités des villes nouvelles en Ile-de-France, victimes de leur succès.

L’institution s’alarme particulièrement de la situation de l’hôpital-prison de Fresnes et des « risques » qu’y encourent les patients, notamment à cause de la pénurie de médecins.

L’Etat est encore une fois épinglé pour ses retards dans l’emploi des handicapés et sa « médiocre » gestion des retraites des fonctionnaires.

Et la Cour inflige une volée de bois vert à la « dotation de continuité territoriale » destinée à subventionner les billets d’avions entre la métropole et l’outre-mer: un « échec » qui a en prime engendré des « abus »

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales