posts du 1 mars, 2008


Rama Yade s’intègre

file276721119479.jpg 

  J’avoue que la donzelle commence sérieusement à me courir sur le haricot (et je suis loin d’être le seul), ce qui justifie bien un post dédié spécialement à son cas.

  Nous n’allons pas retracer le parcours politique de Rama Yade, là n’est pas la question. Evoquons même, d’emblée, les « bons points » de la secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères et aux Droits de l’Homme : Depuis son entrée au gouvernement, et même auparavant (elle a occupé de hautes charges depuis 2002), Rama Yade n’a pas quitté la cité qu’elle a toujours habité. Lors de son récent déplacement au Darfour, elle a eu le courage de faire dévier la visite officielle, un peu trop festive à son goût, vers les véritables lieux de la catastrophe. Enfin, lors de la visite de Kadhafi à Paris, on l’a vu monter au créneau pour s’offusquer…

  …puis, quelque heures plus tard, on l’a pathétiquement entendu s’excuser et renier ses propos, juste après avoir eu un « entretien » avec Sarkozy. Plus facile de s’insurger de loin que de près, visiblement… Que vaut « l’honneur de la France » s’il fait perdre un bon job, n’est-ce pas ? Poursuivons donc le portrait, à charge cette fois. Absente de la visite officielle en Chine (et dire que l’UMP a osé faire croire que Royal avait soutenu la dictature de ce système), elle n’hésite pas, en revanche, à prendre la parole pour se déclarer favorable au « Malodor », le spray nauséabond conçu pour éloigner les SDFs (A quand le grand retour du Zyklon B ?); Pour finalement se rétracter le lendemain, lorsqu’elle s’aperçoit que ses propos ne sont pas si bien passés dans la bouche de la chargée aux « Droits de l’Homme ». Constance, quand tu nous tiens… mais le pire reste à venir…

  …Effectivement, la secrétaire d’Etat vient de se ramasser un procès en diffamation en pleine tronche. Motif ? Elle s’est victimisée en accusant la gauche d’être raciste, notamment au niveau local, dans son coin (Colombes), envers elle. Mot pour mot, elle a prétendu être rejetée « parce qu’elle est noire ». Choc dans les rangs de la liste municipale socialiste et communiste… Philippe Sarre visionne la vidéo, incrédule, et intente un procès. L’un de ses colistiers, d’origine congolaise, fait part de sa consternation. Pour ma part, je peux témoigner du fait que les listes de gauche sont très ouvertes à la « diversité », comme on dit (je me fous personnellement de la couleur de peau de X ou de Y, mais tout le monde ne pense pas comme moi…). Surtout, il n’y a pas l’ombre du début d’un propos raciste à imputer à cette fameuse « gauche raciste », au niveau local. Alors il faut arrêter de déconner… le racisme est une question sérieuse, et l’instrumentaliser pour faire passer une liste aux municipales (celle de l’UMP est en fâcheuse posture à Colombes, où Royal a dépassé les 60%), c’est terriblement bas – et je pense qu’effectivement, cela doit être sanctionné.

  L’habit ne fait ni le moine ni la protectrice des Droits de l’Homme, et encore moins l’innocente victime…

Jospin calomnié

storyjospin4govt.jpg 

  Sincérité de l’UMP encore et toujours… Moi qui ne suis pourtant pas un grand fan de Jospin, s’il y a bien un domaine sur lequel ce dernier est inattaquable, c’est sur son intégrité face à la cupidité si courante en politique. C’est tout de même à Yoyo qu’on doit la réforme des fonds spéciaux et des enveloppes de l’Elysée, établissant une vraie transparence dans la rémunération des collaborateurs de l’Etat.

  Nonobstant, Sarkozy l’attaque avec le courage d’un sniper cartonnant une ambulance, afin de se dédouaner de ses propres fautes. Il a ainsi la morgue de déclarer : « Qui a fixé le salaire du Premier Ministre ? Lionel Jospin. Quand Lionel Jospin dit que le Premier Ministre doit gagner 20 000 Euros, il n’y a pas de polémique parce qu’il est de gauche ».

  Or, l’intéressé réplique, sans équivoque, que son salaire, comme celui des ministres, était établi par décret du Président de la République. Et que, loin des 20 000 Euros, il s’élevait en fait à 9000 Euros….

  Sarkozy a décidément du mal avec la vérité… ou avec les chiffres…

Presque une émeute à Levallois

  Au risque de me la péter, ami lecteur, je suis tout de même sacrément fier d’avoir participé à cette action, que la presse (à ma grande surprise) a largement relayé. Ce n’est pas si étonnant, à la réflexion, puisque les journalistes ont été pris en plein milieu du tourbillon… Quoiqu’il en soit, après les remous de Neuily, assister à un petit soulèvement à Levallois laisse rêveur… A quand la révolte à Versailles ?

  Pour ceux qui n’ont pas encore vu les images de cette violente (et parfaitement non préméditée de la part de la gauche) confrontation politique, voici quelques liens qui peuvent les éclairer :

(Un reportage plutôt bien fait)

http://www.dailymotion.com/relevance/search/royal%2Blevallois/video/x4ez84_levallois-balkany-vs-royal_news 

(La fin)

http://www.dailymotion.com/relevance/search/royal%2Blevallois/video/x4foq3_segolene-et-thierry-2_politics

  En tout cas, quelle joie et quel honneur de voir que même les Guignols en ont parlé ! Déjà que j’adore la marionnette qu’ils ont fait de Balkany, avec le thème du « Clan des Siciliens » lorsqu’il se déplace… c’est tellement ça…

  Que s’est-il donc passé ? Nous arrivons, avec quelques-unes de mes connaissances militantes, pour soutenir les socialistes levalloisiens. La section compte une cinquantaine de militants sur place, en parka rouge. A quelques mètres de nous, environ une soixantaine de balkanistes en parka bleu, et une trentaine de MoDem - en orange, bien entendu. Nous attendons Royal en tractant sur le marché. Quelques balkanistes viennent nous causer, font les gentils, parlent de respect… et nous tiennent la jambe pour nous distraire de notre tâche (c’était tellement gros que je le crois dur comme fer). Une fois Royal à proximité, l’ambiance change radicalement; Nous les voyons filer en un bloc sur le passage de la présidente du Poitou-Charente. Sentant venir le coup fourré, nous leur emboîtons le pas.

  Effectivement, les balkanistes sont loin d’être fair play ! Dans le sillage de Royal, ils la huent, l’insultent, lancent des « Balkany ! Balkany ! » Nous répondons par des « Ségolène ! Ségolène ! ». C’est de bonne guerre… ce qui l’est nettement moins, c’est lorsque les petits hommes bleus dressent un barrage dans la rue, afin d’exaspérer les passants. Qu’on ne vienne pas me dire le contraire, je les ai vu procéder ! Nous répondons en formant spontanément un cordon de sécurité autour de Royal, et en les évacuant du passage. Les journalistes sont au beau milieu de ce qui commence déjà à dégénérer en une sorte d’émeute. Entendons-nous bien : nous n’en sommes pas venus aux mains ! Ce ne sont certes pas les deux pauvres policiers, qui ont fait le minimum syndical, qui nous en ont dissuadé… mais le fait que nous n’étions pas des gangs s’affrontant, seulement des citoyens massés autour de deux icônes. Néanmoins, la bousculade a été sévère ! Une vieille femme tombe, nous l’aidons à se relever. De même pour une personne en fauteuil roulant, bloquée au milieu de la rue. Par « nous » j’entends « les rouges »… Désolé, mais c’est une réalité, c’est ainsi que cela s’est déroulé.

  Acte trois, les « Balkany ! » fusent, et quelques passants y ajoutent « Balkany en taule ! ». Le slogan est repris, arrangé, devient « Balkany en prison ! ». L’intéressé blanchit à vue d’oeil, et s’éclipse discrètement… La manifestation prend de l’ampleur lorsque les citoyens, autour de nous, rallient l’un ou l’autre camp (Les MoDem étant complètement largués). Certains continuent à huer Royal, mais d’autres, aux fenêtres, lancent avec nous des « Balkany en prison ! ». Je ne pourrais exprimer par des mots le sentiment que cela nous a procuré. La clameur couvre bientôt celle des Balkanistes. Elle n’est plus « politico-politicienne », c’est un cri bien plus populaire, une vague sourde de « Balkany en prison ! » et de « Ségolène-Thierry » (en référence au candidat socialiste soutenu par Royal).

  La foule atteint bientôt la voiture qui doit emmener notre championne. Elle s’assoit sur le toit (!), reçoit un bouquet de fleurs, nous gratifie de longues salutations. Elle ne s’enfuit pas : au contraire, elle prend son temps. Nous la suivons encore un peu. Après quelques temps passés à discuter avec des citoyens, à signer une pétition, à recueillir des infos sur les méthodes Levalloisiennes (beaucoup de corruption et de marchés publics truqués), nous regagnons les locaux de la section. Un pot y est organisé. La plupart des militants sont encore grisés. La tête nous tourne un peu… Nous n’avions pas imaginé affronter une telle levée de boucliers des balkanistes, ni rencontrer un tel soutien populaire. Dur de départager les effectifs des deux « camps », mais nous avons prouvé que l’UMP de Levallois emploie des méthodes « pas très catholiques », et que lorsque cela devenait nécessaire, nous étions capables de leur rendre la monnaie de leur pièce ! 

  Le drame de Levallois reste que, hormis une population globalement très « bourgeoise », moins de la moitié des électeurs se déplacent dans les urnes. Les gens sont peu politisés, peu motivés. On voit néanmoins qu’une étincelle peut les réveiller… puisse ce feu de paille devenir brasier !

La culture française sacrifiée sur l’autel du marché

file312919115834.jpg 

  Aaaaah… il est loin, le Sarkozy qui, il y a moins d’un an, se gargarisait avec des citations de Victor Hugo, et promettait à tout-va des augmentations de budget et de financement pour la Culture et l’Enseignement ! Bilan : une privatisation  larvée des universités, des dizaines de milliers d’emplois dégagés à la pelle dans nos écoles… et pire encore en matière de Culture.

  Fillon l’a admis lui-même : « Nous avons décidé de geler toutes les dépenses publiques pendant cinq ans, pour une raison très simple c’est qu’on ne peut pas continuer à accroître le déficit et à endetter le pays ». C’est pas leur faute, donc, c’est la faute à la dette. Méchante dette, va ! Pendant ce temps, des artistes comme Johnny Hallyday continuent à se faire financer à hauteur de millions d’euros à travers une « Caisse d’aide pour les artistes prometteurs » (Je n’invente rien…).

  La langue de bois Elyséenne laisse échapper que la Culture devra donc être soumise à « des résultats ». C’est un appel net à des formes de pratiques artistiques « rentables »… Ainsi, ami lecteur, nous venons de rejoindre les Etats-Unis dans ce domaine (et encore, eux sont en train d’en revenir…). Bientôt, le « Théâtre » n’existera plus que sous la forme de grosses pièces bien classiques et bien chères, qu’on ira voir une fois par an, à Noël.

  J’exagère ? Je suis metteur en scène. C’est dit, je n’aime pas évoquer ma vie perso, mais j’ai quand même une certaine expérience dans ce domaine. Le Théâtre n’est pas rentable. Il ne l’est que très très très rarement, les frais engagés étant énormes – le moindre décor « pro » pouvant se chiffrer en centaines de milliers d’euros, sans compter les mois de répétitions, les frais de communication, la location de la salle… pour ne prendre que l’exemple du spectacle vivant, je l’écris clair et net : il ne survit qu’à travers ses subventions. Sarkozy vient donc, au moins à terme, de signer son arrêt de mort.

  Donc, on peut comprendre que les pros du métier soient dans la rue. On peut comprendre qu’ils se déguisent en ours pour signifier que leur espèce est « en voie de disparition »; Personnellement, je comprendrais même qu’ils en viennent à balancer des cocktails Molotov sur le Ministère qui les condamne, mais bon, autant rester dans l’humour et l’indignation… Au moins, dans un premier temps, cela informera le public.

  Et je témoigne de tout le reste, infos sérieuses à l’appui (de l’avantage d’avoir des contacts à l’intérieur des forteresses…) : Ce plan généralisé de massacre de la culture indépendante, au profit de la télévision (qui pompe déjà la majorité des intermittents du spectacle, histoire de ne pas avoir à les payer), de la Star Ac’ et de toutes ces merdes de droite que sont les chanteurs qui faisaient les beaux le soir de l’intrônisation du Tsar, ce plan n’est pas du tout une rigolade. Il est sciemment mis en place, et il va faire très mal !

  Concrètement, à travers des « obligations de résultat », c’est à un formatage sous couvert de « désendettement de l’Etat » que nous allons avoir droit, en France. Bien sûr que la plupart des gens s’en foutent ! Ils ne vont quasiment pas au théâtre, l’opéra n’en parlons pas, les ballets, ou même les livres (non, Dan Brown ça ne compte pas) sont étrangers à une bonne part de la population française. Comme le sont les Codes du Travail, Civil et Pénal, pour ne prendre qu’eux…

  Ô surprise, de même que la Santé, la Sécurité et l’Enseignement, la Justice doit d’ailleurs faire acte de rentabilité. L’exception culturelle, elle, vient de mourir. Alors ? Que restera-t-il bientôt de la France des Lumières, de ce pays dont la Culture rayonnait sur le monde entier, et dont les avancées sociales et humanistes laissaient rêveurs tant de peuples ?

Absence et explications

  Ami lecteur, je vais transgresser les coutumes du JRDF en racontant un peu ma vie dans ce post. Plus de deux semaines de trou dans l’actualité de ce blog politique; Mais pas un jour de perdu… J’ai profité de ces derniers temps pour aller sur le terrain, voyager à la rencontre de militants français, ici et là, pour organiser et participer à des réunions publiques (je fais partie d’une liste municipale). J’ai consacré ce fragment de vie (ou de mort, tout dépend du point de vue) à défier Balkany dans son fief, à suivre Royal à Metz, à recueillir les doléances des citoyens de ma ville… Je reviens de ces petits périples, évidemment, les bras chargés de nouvelles (souvent mauvaises, désolé) que je vais m’empresser de détailler dans ce douillet petit espace de liberté.

   Mais pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? L’actualité politique était-elle si atone ? Certes non. Le problème, et c’est un phénomène qui mérite qu’on y prête attention, est que concernant la politique de l’UMP en France (principale ligne de mire de ce blog), il est difficile de tenir le rythme des annonces. Reconnaissons-le. Chaque jour, Sarkozy lance une révolution - enfin, quelque chose d’approchant, s’entend, du spectaculaire qui va tout changer, oui ma bonne dame, puisqu’on vous le dit… et que le lendemain, déjà, voire quelques heures plus tard (notamment par voie de presse interposée, celle-ci reprenant heureusement du poil de la bête [merci les gars, ça fait du bien]), on découvre que « oui mais non » ou alors « oui oui mais plus tard », si ce n’est le traditionnel « dormez bien braves gens, nous allons créer une commission qui va rendre un rapport ».

   Et franchement, ça me gave. Voilà. Un peu marre de devoir sans cesse reprendre les annonces du gouvernement, aussi précises et détaillées qu’un peintre qui essaierait de s’exécuter sur une toile avec un yoyo au bout d’un élastique. Sincèrement, il y a de quoi se décourager… ou bien consacrer du temps afin de monter des dossiers, et de prendre du recul pour ne pas tomber dans tous les panneaux. J’ai préféré, personnellement, cette option.

  Car c’est une belle collection de signalétique routière que nous livre quotidiennement l’UMP, entre les évènements interplanétaires « Carla Bruni dit bonjour à la caméra » et les tragédies sur le mode « Raffarin monte au créneau et défend Sarkozy face au vilain méchant qui n’a pas voulu lui serrer la main »… J’oublie les coups de menton du type « Je vais aller chercher Ingrid Bétancourt dans la jungle », « Je vais détruire la Françafrique mais je rencontre avant tous les dictateurs du coin » et bien sûr le grand numéro de trapèze volant « C’est bizarre je viens de m’apercevoir que les prix augmentent » (avec Luc Châtel en guest-star sur Dailymotion… blague à part, c’est consternant, et lorsque les Guignols font rire en reprenant exactement les mots du type chargé de veiller sur la consommation en France… euh y’a pas un problème, là ?)

  Bref, après ces mises en bouche, mesdames et messieurs, petits et grands (quitte à, moi aussi je peux jouer au Monsieur Loyal), il est l’heure de reprendre la dissection du Cirque Pinder-Sarkozy… sous vos applaudissements, bien sûr.

   (Ami lecteur, tu peux imaginer ici un air d’orgue de barbarie en guise de conclusion pour ce billet - n’importe lequel, ils sont tous tristes et grotesques….)

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales