Du grand, du gros, du lourd (et du super-flou)

1306017452lesdirigeantseuropeensapprouventleprojetdunionpourla.jpg 

  Voilà, le grand projet sarkozien de « l’Union Méditerrannéenne », renommé « Union pour la Méditerrannée », est sur les rails. Cet article retranscrit détaille certains de ses prémisses; Mais soyons lucides, en-dehors d’un grand raout et de belles paroles, pour l’instant, il n’émane pas grand-chose de concret de ce titanesque objectif que représente un accord harmonisé de développement entre tout un tas de pays très différents, s’échelonnant entre de véritables démocraties et de non moins véritables despotismes. Néanmoins, ami lecteur, je ne pense pas qu’on puisse imputer le probable échec de cette entreprise, du moins dans son ambition initiale, à notre Président. Pourquoi ? Parce que personne n’aime se prendre une aussi monumentale claque politique. Il se peut également que ce projet accouche d’une véritable Révolution dans le bassin méditerranéen, mais bon, je (moi, pauvre petite fourmi que je suis) n’y crois pas des masses, et pense que c’est à un bon mélange de maladresse et de démesure que Sarkozy s’expose, avec son « Union pour la Méditerrannée »… Wait and see…

  BRUXELLES (AFP) – Les dirigeants européens réunis en sommet ont approuvé jeudi soir le projet d’Union pour la Méditerranée promu par la France, qui vise à renforcer la coopération entre l’UE et les pays de la rive sud, du Maroc à la Turquie.

« Le projet a obtenu un vaste soutien du Conseil » des chefs d’Etat et de gouvernement des 27, réuni jusqu’à vendredi à Bruxelles, a indiqué le Premier ministre slovène Janez Jansa, dont le pays préside l’Union européenne.

« Il s’agit maintenant d’y travailler dans les différences instances, il s’agit de faire le nécessaire pour que ce projet voit le jour », a-t-il ajouté.

Pour vaincre les réticences de plusieurs pays, en particulier de l’Allemagne, la France avait dû toutefois au préalable revoir nettement en baisse ses ambitions pour ce projet. Au final il consistera essentiellement à insuffler un nouvel élan au processus dit de Barcelone, lancé en 1995 et qui a donné peu de résultats.

Paris a accepté que tous les pays de l’UE, et pas seulement les riverains de la Méditerranée comme la France l’envisageait au départ, soient pleinement associés à l’initiative.

« Demain matin, sera prise formellement la décision de transformer le processus de Barcelone en Union pour la Méditerranée, la décision a été prise ce soir à l’unanimité », a précisé pour sa part le chef de l’Etat français Nicolas Sarkozy devant la presse, à l’issue d’un dîner de travail avec ses homologues européens.

« Il ne s’agit pas de l’enterrer (le processus de Barcelone, ndlr), de repartir à zéro, il s’agit de le mettre à jour », a nuancé M. Jansa. « Les temps ont changé, il faut s’adapter », a-t-il précisé.

Le processus de Barcelone visait à créer un véritable partenariat euro-méditerranéen, mais il a été handicapé depuis sa naissance par l’opposition entre Israël et les pays arabes. Une dizaine de pays méditerranéens sont impliqués dans ce programme: Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Territoires palestiniens, Syrie, Tunisie et Turquie, rejoints depuis 2007 par la Mauritanie. La Libye a un statut d’observateur.

M. Jansa a toutefois relativisé l’ambition politique de l’Union pour la Méditerranée. « Les nouvelles idées que contient le projet ne visent pas à trouver une solution aux problèmes du Proche-Orient ou aux problèmes entre Israéliens et Palestiniens. Il y a d’autres instruments » pour cela, a-t-il dit.

L’idée désormais est de se concentrer sur une série de projets concrets, notamment dans le secteur de l’environnement.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a insisté sur le fait que « tous les Etats membres vont participer » à l’Union pour la Méditerranée, dont les propositions concrètes devront être lancées « dès que possible ».

L’Union doit être officiellement lancée le 13 juillet lors d’un sommet rassemblant tous les Etats de l’UE et les pays riverains du sud. Il sera organisé durant la présidence française de l’Union européenne.

Outre la définition précise des projets de l’Union, se posera une autre difficulté: la question sensible de l’utilisation de fonds européens, qui nécessite l’unanimité des 27.

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales