Le MoDem en pleine crise interne

PARIS (AFP) – La stratégie d’ »indépendance » de François Bayrou est de plus en plus contestée au sein même du Mouvement Démocrate (MoDem), au lendemain des élections municipales marquées par la défaite du leader centriste à Pau et les revers du mouvement, notamment à Paris.

Prenant acte des résultats, le leader centriste s’est montré résolu à tenir le cap, dimanche soir à Pau: « ce centre fort, nous devons le construire » même si ce n’est « pas facile », a-t-il déclaré.

Il a vu dans le « coup de balancier », à droite lors de la présidentielle puis à gauche dix mois plus tard, la preuve de « l’instabilité de la vie politique française » qui « empêche la France d’avancer ».

Sur la même ligne, la chef de file du MoDem à Paris Marielle de Sarnez, seule rescapée du parti centriste au conseil de Paris, a affirmé que les tentatives du MoDem pour remettre en cause la bipolarisation constituent « un chemin que nous allons poursuivre ».

Mais d’autres élus MoDem ont livré un verdict sans appel: « la stratégie de François Bayrou est suicidaire: il sacrifie ses élus pour une chimère présidentielle », a jugé l’eurodéputé Thierry Cornillet.

« Il y avait 118 députés quand François Bayrou est devenu président de l’UDF en 1998, il en reste trois. On a perdu la moitié de notre groupe sénatorial, on n’a quasiment plus d’élus de terrain », a déploré cet ancien président du Parti radical valoisien, préconisant la création d’un courant de centre-droit au sein du MoDem.

Tout aussi sévère, le sénateur Jean Arthuis a jugé que les municipales ont montré « l’échec de la stratégie d’autonomie » du MoDem, et réclamé une « réunion d’urgence » de ses instances dirigeantes et de celles de l’UDF, qu’il veut « faire revivre » pour « sortir de ce kaléidoscope incompréhensible et illisible ».

Il a fait valoir que « les seules élections de membres du MoDem sont le fruit d’alliances avec des formations de droite », comme à Mont-de-Marsan, Saint-Brieuc ou Talence.

Ces deux membres de longue date de l’UDF avaient déjà exprimé leurs inquiétudes lors du congrès fondateur du MoDem, en décembre 2007.

Très isolé depuis sa troisième place à la présidentielle de 2007 et l’échec du MoDem aux législatives, M. Bayrou a subi de nouvelles défections pendant la campagne des municipales.

L’ancien journaliste Jean-Marie Cavada a conduit une liste soutenue par l’UMP dans le XIIe arrondissement de Paris et lancé le mouvement « Avenir démocrate », avec les députées européennes Claire Gibault et Janelly Fourtou.

Le président du conseil général du Rhône Michel Mercier, « ami de trente ans » de M. Bayrou, a démissionné de la présidence de la fédération départementale pour protester contre la stratégie d’autonomie adoptée à Lyon.

Ceux qui étaient partis entre les deux tours de la présidentielle pour fonder le Nouveau Centre se sont engouffrés dans la brèche: le président du NC Hervé Morin a appelé lundi les « déçus » du MoDem à rejoindre son parti, après « l’échec absolu » du mouvement de M. Bayrou aux municipales.

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (ex-UDF qui avait rejoint l’UMP en 2002) a pour sa part estimé que l’UMP devait « s’ouvrir au centre » après la « disparition de François Bayrou ».

Celui-ci conserve néanmoins des défenseurs. « Je reste convaincue qu’il y a un espace au centre, même si avec le mode de scrutin actuel, on a énormément de mal à avancer », a estimé la député européenne Nathalie Griesbeck, candidate à Metz.

L’ex-conseiller de Paris François Florès (ancien Vert) a pour sa part estimé qu’il y aura probablement « un débat sur les alliances au sein de la fédération de Paris », mais qu’il n’y avait « pas d’alternative à la ligne qui a été suivie ».

3 Réponses à “Le MoDem en pleine crise interne”

  1. Soignant dit :

    L’auteur de ce biller fait partie de ceux qui tapent sur Bayrou tant qu’ils peuventparce que l’émmergence d’une vraie démocratie ca leur déplairait.
    Je suis au MoDem.
    Jean Arthuis on s’en bas les couilles !
    François Bayrou a un électorat (ou c’est cet électorat qui a Francois Bayrou ?…) quoi qu’en pensent les habitués de la politique.

    Alors ceux qui pensent qu’il a simplement repeint la boutique UDF se foutent le doigt dans l’oeil jusqu’a

  2. Soignant dit :

    ca a coupé, je disais …
    jusqu’au trou du cul.
    Et ceux qui nous tape dessus à coups de mensonges de chiffres on les emmerde ! Est-ce que c’est clair comme çà ?

    On est plus à gauche que le PS en réalité. C’est l’honneteté qui prime mais ca vous connaissez tellement plus que ca vous déphase.

    Il y en aura d’autre des départs ! tous les menteurs partiront.

    Ils iront…. vous rejoindre.

    Vive l’espoir des peuples. Mort aux fascistes.

  3. jrdf dit :

    euh… on se calme et on boit frais, petit zélote !

    Cet article est mot pour mot repris d’une dépêche AFP. Ensuite, au niveau des programmes, non, le MoDem n’est pas plus à gauche que le PS. Vous n’êtiez ni pour l’augmentation des salaires et des retraites, ni pour l’utilisation de la loi de réquisition de 1945, pendant la campagne de 2007 (quelques exemples parmi d’autres). Donc on relève la tête, on compare, et on réfléchit avant de parler…

    J’ai rien contre le MoDem, perso. Au Conseil Municipal que je fréquente, on s’entend très bien. Pas besoin de venir déclarer la guerre, donc… par contre, savais-tu qu’après les cantonales, TOUTES les décisions du MoDem ont favorisé la droite ? Eh oui…

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales