posts du 28 mars, 2008


Sarkozy maîtrise à fond la technique du contre-feu

  …et c’est sans doute là l’une de ses rares qualités, indéniable celle-là. La technique est simple : Dès qu’un corps social, ou un mouvement quelconque, manifeste sa colère, Sarkozy lui-même, en impérieux sauveur officiel, paraît et annonce plein de trucs sympas pour calmer le jeu.

  Ici, il s’agit des personnes handicapées, qui rappellent à notre Bon Roi ses engagements de campagne, concernant la revalorisation de leur allocation dédiée. Faut dire qu’entre les 25% promis (« en cinq ans », écrit en tout petit au bas du contrat) et les 1,1% effectifs jusqu’à présent, il y avait de quoi gueuler, surtout pour des citoyens qui sont, déjà, dans des situations particulièrement précaires.

  La veille de leur manifestation, donc (quelle heureuse coïncidence !), Sarkozy promet, grand seigneur, une hausse de 5% dans l’année. On verra bien si cette annonce sera concrétisée, sachant que ce n’est de toute manière pas la panacée… Mais cette réaction montre bien que, actuellement, le Président tente de redorer son blason.

  Tant que ce n’est pas un coup de peinture à la va-vite, on ne s’en plaindra pas… 

Le Pakistan reprend du poil de la bête

2643376011lepremierministrepakistanaispreteserment.jpg 

  Comme quoi, il n’y a heureusement pas que des mauvaises nouvelles en ce moment… Pour ne pas s’arrêter uniquement sur l’assassinat (néanmoins tragique) de Benazir Bhutto, voici des nouvelles de son parti, qui a triomphé lors des dernières élections, et s’attelle à nettoyer un peu le foutoir de la dictature de Musharraf.

  DEMOCRATIE AU PAKISTAN !

ISLAMABAD (Reuters) – Le Premier ministre pakistanais Yousaf Raza Gilani, élu la veille par le Parlement, a prêté serment devant le président Pervez Musharraf.

En visite au Pakistan, le secrétaire d’Etat adjoint américain John Negroponte et le vice-secrétaire d’Etat Richard Boucher, qui doivent s’entretenir mercredi avec Gilani, ont aussitôt fait savoir qu’ils sonderaient le nouveau chef du gouvernement pakistanais sur ses intentions en matière de lutte contre l’activisme islamiste.

Gilani est issu du parti du peuple pakistanais (PPP), la formation de Benazir Bhutto, l’ancien Premier ministre assassiné en décembre dernier.

« Toutes les forces doivent être réunies pour sortir le pays des crises auxquelles il est confronté », a déclaré le nouveau Premier ministre aux journalistes, après avoir prêté serment dans les bâtiments de la présidence.

Le veuf de l’ancienne Premier ministre assassinée, Asif Ali Zardari, et leur fils Bilawal Bhutto Zardari, qui dirigent le PPP, n’ont pas souhaité assister à la prestation de serment, un camouflet pour Musharraf.

L’ancien Premier ministre Nawaz Sharif, également invité, s’entretenait avec Negroponte et Boucher au moment de la cérémonie.

Sharif, qui fait partie de la coalition au pouvoir, a fait savoir qu’il avait dit aux deux responsables américains que la sécurité ne serait plus le domaine réservé de Musharraf.

« Désormais, le parlement se prononcera sur tous les dossiers. Les représentants du peuple étudieront tous les aspects des problèmes », a-t-il dit déclaré lors d’une conférence de presse.

Negroponte et Boucher, arrivés mardi au Pakistan, ont également rencontré Zardari et Musharraf.

Musharraf est « un bon ami et un allié » a répondu le porte-parole du département d’Etat, Sean McCormack, quand il lui a été demandé si l’ancien général était indispensable.

« Ce sont le genre de questions auxquelles je crois que le système politique pakistanais devra répondre par la suite, mais il (Musharraf) reste quelqu’un avec qui nous avons travaillé et avec qui nous travaillerons étroitement », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis et ses alliés occidentaux craignent les conséquences de l’instabilité politique au Pakistan, une puissance militaire nucléaire qui doit faire face depuis plusieurs années à la violence islamiste.

Washington, a déclaré McCormack, est déterminé à travailler avec le Pakistan pour « combattre la menace que constituent les terroristes et les extrémistes violents pour le Pakistan, le peuple pakistan, tout autant que pour (les Etats-Unis) et d’autres pays dans la région ».

« PLUS DE TRANSPARENCE »

Husain Haqqani, professeur à la Boston University et conseiller du PPP, a précisé que la visite de Negroponte et Boucher visait à marquer le soutien des Etats-Unis au processus démocratique et à examiner l’évolution de la guerre « contre le terrorisme » lancée au niveau mondial après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Certains membres de la nouvelle coalition au pouvoir au Pakistan ont souligné la nécessité d’ouvrir des discussions avec les militants islamistes, ce que Musharraf a toujours refusé.

Cette intransigeance du président pakistanais lui a valu les critiques d’une partie de la population, qui lui a reproché son alignement sur les Etats-Unis, assimilé parfois à une véritable provocation à la violence islamiste.

« Les choses doivent changer. Il faut plus de transparence grâce au nouveau régime démocratique », a expliqué Haqqani.

Gilani a été élu Premier ministre lundi par le Parlement, désigné par 264 des 342 députés.

Il a aussitôt ordonné la libération des magistrats placés en résidence surveillée après la proclamation de l’état d’urgence par Musharraf en novembre dernier.

Il a également demandé une enquête des Nations unies sur l’assassinat de Benazir Bhutto le 27 décembre à Rawalpindi.

Peu après l’allocution du nouveau Premier ministre, les barrages des forces de sécurité ont été levés autour des domiciles de l’ancien président de la Cour suprême Iftikhar Chaudhry et des autres juges qui étaient assignés à résidence.

La nouvelle coalition au pouvoir a promis de réintégrer les magistrats limogés par Musharraf. Ceux-ci, qui contestent la légalité de la réélection du président en octobre dernier, pourraient s’engager avec l’appui du nouveau gouvernement dans un bras de fer juridique avec le chef de l’Etat pour le forcer à partir.

Robert Birsel, version française Gregory Schwartz et Guy Kerivel

Environ 160 enfants intoxiqués à Melun

MELUN (AFP) – Environ cent soixante enfants ont été victimes jeudi midi de ce qui semble être une intoxication alimentaire, dans six écoles primaires et maternelles du nord de la Seine-et-Marne, et quatorze ont dû être hospitalisés pour des examens, a-t-on appris de sources concordantes.

Les enfants hospitalisés devaient tous rentrer chez eux dans l’après-midi, selon la préfecture.

Selon cette source, 161 enfants et trois adultes ont été malades. Le parquet de Meaux a dénombré 152 enfants et quatre adultes.

« Il ne s’agit pas d’une intoxication grave, mais les enfants ont été victimes de vomissements, de douleurs abdominales, ce qui mérite d’être surveillé compte tenu de leur âge », a expliqué à l’AFP Claude Gonzalez, médecin-chef du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de Seine-et-Marne.

Selon une directrice d’école, qui a souhaité conserver l’anonymat, les enfants ont été pris de vomissements un quart d’heure après avoir mangé une entrée à base de betterave. Des lits ont été installés dans la cantine pour examiner les enfants.

Deux écoles de Mouroux, deux d’Esbly, une de Condé-Sainte-Libiaire et une de La Houssaye-en-Brie ont été concernées, selon les pompiers. Les enfants atteints de nausée ont, pour la plupart, été examinés sur place par des médecins et infirmières, puis remis à leurs parents.

Douze enfants de l’école communale de Condé-Sainte-Libiaire, un de l’école primaire de La Houssaye-en-Brie et un de l’école du Centre d’Esbly ont été hospitalisés, selon la préfecture.

D’après le parquet de Meaux, les cantines des écoles concernées avaient toutes le même prestataire de service, la société OCRS (Office central de restauration scolaire), qui approvisionne des écoles de Seine-et-Marne mais aussi de Paris.

La Direction des services vétérinaires s’est rendue jeudi après-midi dans les locaux de l’entreprise, situés à Ozoir-la-Ferrière, pour y procéder à des prélèvements de nourriture qui feront l’objet d’analyses.

De nombreux parents ont défilé dans les services de gendarmerie pour porter plainte, selon la gendarmerie.

La société contactée n’a pas souhaité répondre aux questions de l’AFP.

Belarus, encore une belle merde de dictature

3223629098desdizainesdopposantsbelarussesbattusetarretesparla.jpg 

MINSK (AFP) – Des dizaines d’opposants bélarusses qui tentaient mardi de manifester dans le centre de Minsk ont été battus à coups de matraque et arrêtés par la police.

Environ 2.000 personnes, brandissant des drapeaux européens, sont descendues au cours de la soirée dans la rue, à l’appel de l’opposition, pour fêter l’anniversaire de l’éphémère république du Bélarus proclamée en 1918.

Mais au moment où ils cherchaient à se rendre sur une place du centre de la ville pour un rassemblement non autorisés, la police antiémeutes a donné la charge, frappant principalement les jeunes Bélarusses, à coups de matraque.

La foule a répondu aux cris de « fascistes ! » et de « Honte à vous ! ».

Des dizaines d’opposants ont été ensuite interpellés, mis de force dans une quinzaine de cars de police et emmenés dans des commissariats ou directement dans des centres de détention préventive.

Plus tard, la même foule d’opposants a encore été « chargée » par la police qui a procédé de nouveau à des dizaines d’interpellations.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé que 80 personnes environ avaient été arrêtées, selon l’agence Interfax.

Un responsable de l’antenne bélarusse du groupe Helsinki de défense des droits de l’homme a affirmé à l’AFP que la police avait arrêté au moins 100 personnes.

Un porte-parole du Front populaire, le principal parti de l’opposition bélarusse, a déclaré que le dirigeant de son organisation de la jeunesse, Ales Kalita, et plusieurs autres militants avaient été arrêtés mardi avant même la manifestation.

Dans la soirée, environ 300 jeunes opposants cherchaient encore à rejoindre le lieu de la manifestation mais étaient empêchés d’y accéder par la police antiémeutes.

En 2007, une tentative d’organiser une manifestation avait avorté à la suite d’une intervention des forces spéciales bélarusses, un an après un mouvement de protestation sans précédent contre le régime d’Alexandre Loukachenko qualifié de « dernière dictature d’Europe » par Washington.

Apartheid en Flandre

nobelgian.jpg 

  Encore une bonne nouvelle en Europe… Le sécessionnisme effréné des flamands vient de franchir un nouveau stade : il prend à présent pied dans les jardins d’enfant. Pour faire bonne mesure, on peut toutefois rapporter le fait que ce décret, qui autorise (ce n’est donc pas une obligation) les moniteurs des jardins d’enfants à dominance flamande, à ne pas faire participer les francophones aux activités, pour des raisons de sécurité, est loin de faire l’unanimité, et est en ce moment même discuté aprement dans les hautes sphères du pouvoir.

  Reste que, même à titre purement symbolique, cette mesure évoque de sales heures de notre Histoire, et qu’elle fournit le point de départ à un coup de gueule de Jean Quatremer, que je retranscris ici, et que personnellement je ne renie pas :

 

La commune flamande de Liedekerke a adopté un nouveau règlement qui autorise les responsables des « plaines de jeux » (jardins d’enfants) à refuser l’admission des enfants ne parlant ou ne comprenant pas le néerlandais. Le bourgmestre (maire) de la commune, le CD&V Luc Wynant (qui appartient donc au même parti qu’Yves Leterme, le Premier ministre belge), s’est justifié sur les ondes de Radio 2 : « quand il faut s’occuper d’un groupe d’enfants et les laisser jouer en toute sécurité, il est important qu’ils comprennent ce que les moniteurs leur disent. Dans le passé, nous avons eu beaucoup d’enfants qui venaient dans nos plaines de jeux, même de Bruxelles, et qui ne connaissaient pas le néerlandais ».

Cette histoire, rapportée par l’agence de presse belge Belga, montre comment, naturellement, mesure discriminatoire après mesure discriminatoire, la Flandre en vient à instaurer un véritable régime d’apartheid linguistique au nom de la défense de sa culture.

 Frontière linguistique, puis séparation des partis politiques, des ordres professionnels, de la justice, de l’éducation entre Flamands et Francophones, puis interdiction des panneaux de signalisation en français, d’accès aux logements sociaux aux non néerlandophones, de vendre des terrains communaux aux non néerlandophones, de passer des annonces en français, de s’adresser en français à des commerçants, puis refus de nommer des maires francophones élus démocratiquement parce qu’ils ont envoyé des convocations en français à leurs électeurs francophones, etc, etc. Cette fois-ci, et pour la première fois, la Flandre s’attaque aux enfants. Ces discriminations ont fini par émouvoir le Conseil de l’Europe puis l’ONU. Mais en Flandre, Monsieur, on considère que ces étrangers ne comprennent rien à la complexité du pays.

Je suggère à la région flamande une mesure plus radicale : obliger les Francophones se rendant en Flandre à porter un signe distinctif sur la poitrine (un coq gaulois, par exemple) afin que les braves Flamands ne perdent plus un temps précieux à distinguer le bon grain de l’ivraie.  On saurait tout de suite à qui claquer la porte au nez. Et quels enfants chasser des jardins.

Ami lecteur, je t’incite également à passer voir sur le blog de ce journaliste, les très nombreuses réactions des internautes, qui témoignent de l’évident intérêt porté à cette affaire :

  http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2008/03/apartheid-lingu.html

Ecocide au Kirghizstan

  Un blog particulièrement flippant, initié par des globetrotters à sensibilité écolo, qui retrace les résultats d’une enquête sur la pollution au Kirghizstan. Au menu : radioactivité phénoménale sous un abribus, gigantesques décharges sauvages aux portes des villes, usines d’enrichissement nucléaire à l’abandon… L’épopée soviétique dans toute sa splendeur environnementale…

  http://www.blogtrotters.fr/category/6-ecocide-au-kirghizstan/

Avec et sans maquillage

  Encore un petit post délire pour détendre un peu l’atmosphère, vu ceux qui vont suivre… il s’agit d’une vidéo qui présente tout un tas de célébrités « fashion » maquillées et… au naturel. Bon, ça devrait rassurer tous ceux et toutes celles qui crisent sur leur apparence et s’en réfèrent sempiternellement au « diktat de la beauté ».

  Ben voilà, en vrai, tout le monde (ou presque) est moche. Cool, non ?

  http://www.youtube.com/watch?v=ewUB38pmiM4&eurl=http://www.zigonet.com/video/celebrites-sans-maquillage_art35.html 

  (Note : Petit bémol, la transition entre une mannequin noire et une photo de singe… ouais bon l’humour c’est subjectif, mais quand même)

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales