A propos du chômage et des mensonges gouvernementaux

  Ami lecteur, si tu es un fidèle du JRDF, tu as déjà du lire entre ces pages l’affirmation étayée selon laquelle les chiffres du chômage, en France, sont COMPLETEMENT BIDONS. Ceci dans le but d’annoncer que le gouvernement fait bien son boulot, vous voyez ma bonne dame, le chômage baisse ! En passant, même si c’était vrai, ce ne serait pas forcément grâce aux efforts d’un quelconque gouvernement… mais d’abord grâce à ceux des travailleurs ! Enfin…

  Résumons-nous. Je fais paraître ici un post issu d’un forum Yahoo, que je trouve tout à fait pertinent, en me contentant d’y ajouter quelques touches : Sur les cinq catégories de chômeurs, en France, une seule en comptabilisée par l’INSEE. A l’heure où l’on demande aux gens de faire des efforts, il serait peut-être également louable que le gouvernement prenne enfin en compte les chômeurs non-métropolitains, sans parler du fait que plus de la moitié des demandeurs d’emploi ne sont même plus recensés. Pour le reste, les méthodes de trucage varient entre les radiations (vachement démocratique !) qui se sont à présent durcies, et le déclassement des candidatures d’une catégorie vers l’autre.

  A part ça, l’URSS était un régime injuste et autoritaire, basé sur le trucage des données, et sur la propagande ? Vous m’en direz tant…

http://fr.messages.news.yahoo.com/Actualit%E9s/France/threadview?m=tm&bn=FRN-FR-Chmage&tid=111&mid=111&tof=6&frt=2

En dépit du bon sens, le gouvernement continue de commenter mois après mois les statistiques del’ANPE comme s’il s’agissait de « chiffres du chômage ». Ainsi le site de Matignon annonçait fin décembre que « la baisse du taux de chômage se poursuit, comme l’a annoncé Christine Lagarde le 27 décembre. Le nombre de chômeurs inscrits à l’ANPE en catégorie 1, fin novembre, a diminué de 0,7 % comparé au mois d’octobre (- 12 520 chômeurs) ».

La presse emboîte le pas : « le chômage a reculé de 9,3 % en 2007 » (Le Monde, 1 février 2008), « 195 000 chômeurs de moins en 2007 » (le Figaro, 31/01/ 2008), « le chômage a baissé de 0,5% en décembre » (dépêche AFP, 30/01/2008). Depuis un an, rien n’a changé dans le rituel mensuel des « chiffres du chômage ». Et les journaux télévisés continuent de surenchérir sur « la baisse continue du chômage depuis deux ans ».

Tout continue à se passer comme si les statistiques de l’ANPE étaient un indicateur crédible du chômage; comme si l’Insee n’avait pas dû renoncer à calculer un taux mensuel de chômage BIT calé sur les données de l’ANPE ; comme si la controverse sur les chiffres du chômage n’avait tout simplement pas eu lieu.

Rappelons donc trois évidences, bien établies par des données officielles, mais qui semblent déjà oubliées.

Première évidence: le baromètre mensuel ‘officiel’, les DEFM de catégorie 1, représente moins de la moitié des inscrits à l’ANPE. En décembre 2007, le nombre de personnes inscrites à l’ANPE en catégorie 1 s’élevait à 1 897 000 tandis que le total des inscrits s’élevait, en métropole, à 3 850 000, Sans compter les personnes inscrites à l’ANPE dans les DOM. Car les demandeurs d’emploi inscrits dans les DOM ne sont toujours pas comptabilisés. La loi « TEPA » stipulait pourtant qu’ »avant le 31 décembre 2007, le gouvernement remettra au Parlement un rapport sur les modalités d’intégration des personnes privées d’emploi en Outre-mer dans les statistiques nationales relatives aux chiffres du chômage »: mais ce rapport semble avoir disparu dans le triangle des Bermudes.

Deuxième évidence: le baromètre officiel ne correspond à aucun concept de chômage
internationalement validé, et certainement pas au chômage au sens du BIT. Ainsi à la mi 2007, l’Insee comptabilisait 2,2 millions de chômeurs BIT alors que l’ANPE dénombrait 1,9 million de demandeurs d’emploi de catégorie 1.

Mais surtout, troisième évidence, son évolution est loin de refléter fidèlement les tendances du marché du travail : la variation du nombre d’inscrits à l’ANPE dépend étroitement des politiques de gestion des demandeurs d’emploi que mène l’Agence. Ainsi, entre mi 2005 et mi 2006, les DEFM de catégorie 1 ont baissé de 10% alors que le chômage au sens du BIT augmentait de 3% selon l’enquête Emploi de l’Insee. Plus de 200 000 demandeurs d’emploi ont disparu des listes de l’ANPE tandis que le chômage au sens du BIT augmentait de 57 000 selon l’INSEE.

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales