La droite, le travail et la santé

photo121079416974810.jpg 

  Encore une mise en garde de Royal qui se concrétise… La droite, au nom de sa doctrine de « modernisation gnagnagna », va démanteler l’AFSSET. Je cherche le trait d’humour qui pourrait, à l’image du Canard Enchaîné, mordre sur ce sujet mais, hélas, ami lecteur, je ne le trouve pas. Information confirmée par TV5, relayée d’abord par le Quotidien du Médecin.

  PARIS (AFP) – L’agence sanitaire de l’environnement et du travail, dont la directrice générale Michèle Froment-Védrine craint la disparition, a défendu mercredi sa survie en présentant à la presse un rapport d’activités abondant et riche de projets.

Mme Froment-Védrine, dont le mandat à la tête de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) s’achève vendredi, a noté que l’agence a pris en charge en 2007 la santé au travail : fixation des valeurs limites d’exposition professionnelle, remplacement des agents chimiques CMR (cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques) par des substances neutres, prévention des pathologies professionnelles…

En matière de santé environnementale, un sujet « de plus en plus important », l’Afsset travaille sur l’impact des éoliennes, la téléphonie mobile, les nanomatériaux, les fibres minérales artificielles, la qualité de l’air dans les parkings…

Elle est devenue aussi coordinatrice des expertises pour l’application de la directive européenne Reach, qui impose aux industriels de prouver l’absence de danger de leurs produits chimiques avant mise sur le marché.

La directrice générale a insisté sur l’important travail de coordination menée par l’Afsset en tant que tête d’un réseau d’organismes compétents en matière d’expertise, de recherche et de prévention en santé/environnement ou santé/travail. Elle a d’ailleurs été choisie comme coordinateur d’un projet européen Eranet, mené avec les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, sur l’impact du réchauffement climatique.

Interrogée sur la possibilité d’une réforme des agences sanitaires, au nom de la révision des politiques publiques décidée par le gouvernement, Mme Froment-Védrine, qui a assumé la direction de l’Agence depuis sa création en 2002, a estimé « complètement légitime » que le gouvernement se pose des questions sur le périmètre des établissements publics.

Mais il faut envisager « les conséquences », a-t-elle dit, et « il faudra bien que quelqu’un assume les missions de coordination qu’assume l’Afsset ».

« Mon souhait, c’est que l’expertise reste indépendante, pas polluée par une décision des ministères de tutelle ou des industriels », a ajouté la directrice générale.

La réforme des agences sanitaires pourrait se faire sur la base du rapport de 2006 de Jean-François Girard, ex-directeur général de la santé, qui suggérait la « remise à plat du système », avec la création de trois organismes chargés respectivement de la « surveillance du vivant », de la sécurité sanitaire des produits consommés et des « milieux », en lieu et place des sept structures actuelles : trois agences, dont l’Afsset, et quatre instituts.

Dans une interview publiée mercredi dans le Quotidien du médecin, Mme Froment-Védrine se disait persuadée que la révision générale des politiques publiques (RGPP) qui prévoit de regrouper les sept structures pour « simplifier les conditions de leur pilotage par l’Etat », avait choisi de « démanteler » l’Afsset.

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales