Les fausses cigarettes

  Un autre « sujet de société », qui peut paraitre trivial au premier abord, mais dont l’examen peut se révéler fortement symbolique.

  Je veux parler des fausses cigarettes. Loin de moi l’idée d’encourager à la consommation de tabac (Le tabac, c’est tabou, on en viendra tous à bout !), mais je pose le postulat de départ qu’en France, un produit légal est par nature… ben, légal. Donc, que les intérêts de ses consommateurs sont à prendre en compte.

  Le tabac, déjà fortement taxé, à plus de 90%, dans les bureaux dotés de la licence idoine, a vu son prix augmenter sensiblement, lors des dernières années. Il s’établit à présent autour de cinq euros le paquet de vingt cigarettes (tandis que les cigares et cigarillos, eux, ont peu augmenté). La conséquence de ces phénomènes, logique, est le développement du marché noir de vraies cigarettes, ainsi que celui… de fausses cigarettes. Dans les deux cas, ces trafics donnent du pouvoir à des organismes mafieux, qui revendent directement aux consommateurs, ou aux bureaux de tabac harassés par les taxes. Les uns et les autres y gagnent ainsi quelques euros, sur un paquet, à l’achat ou à la vente.

  Mais ce système parallèle a engendré d’autres applications. Plutôt que de faire du trafic par import-export (ex : acheter en Espagne et revendre en France), des mafias ont préféré accroître encore leurs marges d’exploitation du phénomène, en produisant de fausses cigarettes, emballées dans des paquets reproduits des grandes marques. Le problème est le suivant : les cigarettes ainsi contrefaites ont souvent un goût acre, et le tabac qui les compose n’est pas testé. Nul ne sait s’il est plus ou moins nocif que les tabacs officiels. Cependant, détail intéressant, alors que ce type de tabac était souvent revendu, à l’origine, dans les épiceries (qui n’ont pas le droit de vendre des cigarettes, mais ne s’en privent pas), ces contrefaçons ont aujourd’hui envahi de nombreux bureaux de tabac officiels !

  Suite à cette politique de répression, qui va peut-être encore s’accroître (on parle d’augmenter encore les prix et d’utiliser les paquets avec les photos bien crades qu’on voit dans d’autres pays), on constate donc que la baisse officielle de la consommation de tabac n’est qu’un leurre : elle est en fait « remplacée » par celle d’un tabac au goût médiocre, aux effets inconnus sur la santé, vendu dans les filières officielles, qui nourrit des trafiquants, et  ne rapporte plus d’argent à l’Etat.

  Quelle franche réussite ! Non ?

-jrdf
rss 1 réponse
  1. rool
    19 août, 2008 | 16:10 | #1

    Il existe la cigarette electronique ! et ELLE n’est pas taxée.
    J’ai ouvert un blog sur le sujet :
    http://arreter-fumer-cigarette-electronique.blogspot.com/

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales