posts du 1 juillet, 2008


Forte hausse des agressions à Paris

  En dehors des phénomènes devenus des classiques – à savoir, les bande de pillards lors des manifs et des fêtes de fin d’étude (notons que l’UMP compte y répondre en interdisant l’alcool lors de ces fêtes… lumineux, non ?) – les derniers chiffres se rapportant aux « atteintes volontaires à l’intégrité physique » sont tout de même carrément flippants.

  En gros, à part le 5e arrondissement, qui enregistre une baisse de 5% (!), le 6e, le 11e et le 9e dont les chiffres oscillent entre +1,2% et +2,4%, dans tous les autres arrondissements de la capitale, c’est le cas de le dire, les chiffres sont violents ! +35% dans le 17e, +32% dans le 20e, +57,6% dans le 3e, avec un record pour le 4e, à +74,8% !

  Il convient, évidemment, de tempérer ces résultats… mais point d’hypocrisie ! Si la gestion du maire de Paris est hors cause (la Police dépend des préfectures, bref du gouvernement, pas des services municipaux), il faut également prendre en compte le fait que ces chiffres reflètent le travail parfois « efficace » de nos forces de l’Ordre; C’est-à-dire qu’ils gonflent avec le nombre d’interpellations… Vaut-il mieux avoir de « bons » chiffres ou des agresseurs interpellés ?

   Pour autant, il faut également creuser ces informations en profondeur… Les violences contre les biens sont en diminution, tandis que celles à l’encontre des personnes augmentent. Les agressions sexuelles frôlent des records de hausse véritablement glaçants dans certains arrondissements : +200% dans le 9e, +125% dans le 2e ! Enfin, le personnel des transports en commun est, également, de plus en plus fréquemment visé.

  Bilan ? Le paysage des violences volontaires à l’encontre des personnes est forcément complexe, mais en tout cas, on ne peut pas dire que les caméras de surveillance aient rendu Paris plus sûre ! Sauf pour les biens matériels, peut-être… A noter que ces conneries de caméras ne sont quasiment jamais utilisées par les services de police, en cas d’agression. Pratique, hein ?

  Pour prendre un peu de hauteur sur cette situation, les violences témoignent d’un état de la société. Cela peut paraître cliché et « bien pensant » comme point de vue, mais l’étude de la criminologie de Paris montre que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont bien les régimes les plus autoritaires qui ont vu fleurir dans Paname les pics les plus effrayants de criminalité. Sous nos deux Empires, par exemple, en particulier le second, malgré une discipline de fer à l’encontre des citoyens et des malfrats, les « coupe-gorge » se sont intensément développés.

  La raison ? Ma théorie vaut ce qu’elle vaut, mais la misère, la folie, l’exclusion à la base de certains phénomènes violents (notamment sexuels) se rajoute, à mon avis, à la criminalité plus « classique », celle des voleurs, des truands « professionnels ». On ne peut pas faire d’angélisme avec le peuple, nous ne vivrons jamais dans le monde des Bisounours ! Mais ce qui est certain, c’est que la pauvreté rajoute une louche de merde sur une situation déjà naturellement instable…

Mururoa : Morts pour la France

essainucleairecanopus01.jpg

Parce qu’il faut bien balayer devant sa porte avant de faire la leçon aux autres (C’est le défaut des français, parait-il, en même temps c’est vrai qu’en défendant les Droits de l’Homme tout en armant les pires régimes du monde…), foin du Zimbabwe et autres pays connaissant, malheureusement, le lot des tyrannies officielles - ou à peine masquées. Intéressons-nous à NOS territoires, nos îles par exemple…

Mururoa ; aussi nommé Moruroa, mais à la limite on s’en fout. Le nom résonne assez facilement dans les têtes, même jeunes, des français d’aujourd’hui. Il évoque des bombes nucléaires, mises en image assez récemment d’ailleurs dans le dernier « Godzilla », et on se doute bien, au fond, que ces machins ne sont pas là pour enrichir la biodiversité et lutter contre la pollution des océans.

Ce qu’on sait moins, c’est que les essais nucléaires de notre beauuuu pays ont impacté, à peine, des dizaines de milliers de vies. Au minimum. Evidemment, par « impacter », il faut entendre « irradier », « cancer de la thyrroïde » et autres joyeusetés.

Cet article voulait s’attacher, de prime abord, à la reprise des essais nucléaires orchestrée par Chirac, à peine quelques temps après son élection, en 1995. Pourtant, il faut bien accorder que cette horreur nucléaire ne date pas de son règne… Le gouvernement français a procédé, en tout, à 210 essais nucléaires, depuis 1960, jusqu’en 1996, avec une interruption en 1991 suite à un engagement international de cesser ces activités. 17 ont eu lieu dans le Sahara (les algériens nous en sont d’ailleurs toujours reconnaissants – rappelons que rien que les premiers essais ont irradié 3500 personnes !). A la suite de l’indépendance des colonies, la France s’est rabattue sur ses îles. 181 essais ont eu lieu, ainsi, en Polynésie, principalement à Mururoa.

Le lecteur mathématicien se dit que le compte n’y est pas – c’est vrai, 12 tests supplémentaires, « de sécurité », sont à ajouter au ragoût nucléaire. Burp.

Après cette longue introduction chiffrée, intéressons-nous au plat de résistance : à savoir, les milliers d’humains qui vivent à proximité de ces zones irradiées (dire que des experts de Mitterrand ont assuré que « la zone était sans risque »… c’est du délire !) ; Entre les essais souterrains, qui ont blanchi d’écume l’eau environnante instantanément (mais n’ont pas libéré de radiations, bien sûr !) et les tests sous terre qui ont enfermé, eux, des masses de gaz mortels dont on estime « officiellement » qu’elles ne s’échapperont « que d’ici 500 à 1000 ans », au final, peu de tests se sont produits à l’air libre, du point de vue habituel disons.

Ils ont néanmoins suffi, pour faire doubler au minimum la proportion de cancers de la thyroïde auprès de plus de 5000 personnes, actuellement. Pour faire battre des records de mortalité infantile et de malformations à la naissance. Pour défoncer tout un écosystème et même, déclencher des émeutes de panique dans les îles environnantes.Tout ça pour quoi ? Mystère… les bombes nucléaires, doivent être le jouet des « Grands de ce Monde ». Les radiations sont pour les gueux…

Les soldats français, qui supervisaient la reprise de ces essais nucléaires, ont d’abord affirmé que ces tests étaient sans danger pour la population. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont évacué (eux seulement, hein) le périmètre environnant, durant ces fameuses explosions. Mais le coq français se doit d’avoir la conscience tranquille ! On a donc construit un cinéma pour les habitants du coin, et on a donné des sucreries aux enfants (sisi, véridique). Des pastilles d’iode auraient peut-être été plus utiles… ou une évacuation totale… mais chut ! Il ne fallait pas « effrayer la population » !

Comme avant, on a donc dit aux habitants qu’ils allaient assister à un joli spectacle. Le champignon était loin, très loin, et les probabilités pour que le vent propulse les retombées dans leur direction étaient très faibles. Le jour dit, le gros pétard n’a pas eu l’effet escompté, il s’est aplati, et devinez dans quel sens le nuage radioactif s’est-il déporté ?

Voilà. Maintenant, l’affaire n’est plus top-secrète, et pourtant elle n’aura fait tomber aucune tête. Chirac pourrait lancer un « oups ! » piteux, hausser les épaules ou même faire un bras d’honneur, au fond ce serait du pareil au même. Comme tous les anciens présidents, il est couvert par l’immunité au regard de toutes les actions commises (perpétrées) durant son mandat.

Les précédents tyrans avaient-ils cela ? L’immunité, les bombes nucléaires ? Aaaah les progrès de la science, et la gloire de nos si précieux Droits de l’Homme !

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales