Forte hausse des agressions à Paris

  En dehors des phénomènes devenus des classiques – à savoir, les bande de pillards lors des manifs et des fêtes de fin d’étude (notons que l’UMP compte y répondre en interdisant l’alcool lors de ces fêtes… lumineux, non ?) – les derniers chiffres se rapportant aux « atteintes volontaires à l’intégrité physique » sont tout de même carrément flippants.

  En gros, à part le 5e arrondissement, qui enregistre une baisse de 5% (!), le 6e, le 11e et le 9e dont les chiffres oscillent entre +1,2% et +2,4%, dans tous les autres arrondissements de la capitale, c’est le cas de le dire, les chiffres sont violents ! +35% dans le 17e, +32% dans le 20e, +57,6% dans le 3e, avec un record pour le 4e, à +74,8% !

  Il convient, évidemment, de tempérer ces résultats… mais point d’hypocrisie ! Si la gestion du maire de Paris est hors cause (la Police dépend des préfectures, bref du gouvernement, pas des services municipaux), il faut également prendre en compte le fait que ces chiffres reflètent le travail parfois « efficace » de nos forces de l’Ordre; C’est-à-dire qu’ils gonflent avec le nombre d’interpellations… Vaut-il mieux avoir de « bons » chiffres ou des agresseurs interpellés ?

   Pour autant, il faut également creuser ces informations en profondeur… Les violences contre les biens sont en diminution, tandis que celles à l’encontre des personnes augmentent. Les agressions sexuelles frôlent des records de hausse véritablement glaçants dans certains arrondissements : +200% dans le 9e, +125% dans le 2e ! Enfin, le personnel des transports en commun est, également, de plus en plus fréquemment visé.

  Bilan ? Le paysage des violences volontaires à l’encontre des personnes est forcément complexe, mais en tout cas, on ne peut pas dire que les caméras de surveillance aient rendu Paris plus sûre ! Sauf pour les biens matériels, peut-être… A noter que ces conneries de caméras ne sont quasiment jamais utilisées par les services de police, en cas d’agression. Pratique, hein ?

  Pour prendre un peu de hauteur sur cette situation, les violences témoignent d’un état de la société. Cela peut paraître cliché et « bien pensant » comme point de vue, mais l’étude de la criminologie de Paris montre que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont bien les régimes les plus autoritaires qui ont vu fleurir dans Paname les pics les plus effrayants de criminalité. Sous nos deux Empires, par exemple, en particulier le second, malgré une discipline de fer à l’encontre des citoyens et des malfrats, les « coupe-gorge » se sont intensément développés.

  La raison ? Ma théorie vaut ce qu’elle vaut, mais la misère, la folie, l’exclusion à la base de certains phénomènes violents (notamment sexuels) se rajoute, à mon avis, à la criminalité plus « classique », celle des voleurs, des truands « professionnels ». On ne peut pas faire d’angélisme avec le peuple, nous ne vivrons jamais dans le monde des Bisounours ! Mais ce qui est certain, c’est que la pauvreté rajoute une louche de merde sur une situation déjà naturellement instable…

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales