Des diamants à base de cadavres

1050278926desmortsquibrillentdetousleursfeux.jpg

Décidément, la science ne cesse de nous surprendre… Maintenant, on pourra recycler les hécatombes produites par les guerres en richesses diamantaires. Cool, non ?

(Sans parler du meurtre qui devient encore nettement plus rentable !)

COIRE (Suisse) (AFP) – La plupart des gens finissent à six pieds sous terre ou partent en fumée, quelques-uns se font congeler ou momifier. Mais de plus en plus de mortels passent leur éternité sous la forme d’un diamant, moyennant finances et une délicate transformation chimique pratiquée notamment en Suisse.

Dans la petite ville de Coire (est), la société Algordanza reçoit chaque mois du monde entier entre 40 et 50 urnes funéraires dont le contenu est patiemment transformé en pierre précieuse.

« Il y a toutes sortes de personnes: ça va du chauffeur routier au prof de philo », observe Rinaldo Willy, un des deux cofondateurs de l’entreprise, dans le laboratoire où une quinzaine de machines fonctionnent en permanence.

Une laborantine, aux yeux protégés par de grosses lunettes en plastique, travaille derrière une ligne jaune et noire que le visiteur n’a pas le droit de franchir, par respect envers les morts.

« Cinq cents grammes de cendres suffisent pour faire un diamant, alors qu’un corps humain laisse en moyenne entre 2,5 et 3 kilos de cendres », explique le jeune Rinaldo Willy (28 ans).

Les cendres sont d’abord métamorphosées en carbone puis en graphite. Soumises à de très hautes pressions et à des températures de 1.700 degrés, elles deviennent des diamants artificiels en l’espace de quatre à six semaines. Dans la nature, le même processus prend des millénaires.

« Chaque diamant est unique: la couleur varie du bleu foncé au presque blanc », assure M. Willy. « C’est un reflet de la personnalité ».

Une fois obtenu, le diamant brut doit encore être poli et taillé suivant la forme désirée par les proches du défunt, souvent celle d’un coeur que l’on pourra porter en pendentif ou bien monter sur une alliance.

Le prix de cette âme translucide varie entre 4.500 et 17.000 francs suisses (2.800 à 10.600 euros) suivant le poids de la pierre (de 0,25 à un carat). Un montant qui n’inclut pas la monte, mais qu’Algordanza juge raisonnable.

« Un enterrement revient très cher: c’est 12.000 euros en Allemagne », lance M. Willy, qui ne révèlera pas le chiffre d’affaires de sa société.

Le patron d’Algordanza reconnaît qu’il est impossible de prouver que chaque diamant provient bien des cendres d’une personne particulière. « L’ADN brûle », explique-t-il. Mais « l’empreinte chimique » des cendres, déterminée à leur arrivée au laboratoire, permet d’établir une documentation et de retrouver l’origine du produit fini, assure M. Willy.

L’industrie du « diamant humain » est en plein essor, avec des concurrents installés en Espagne, en Russie, en Ukraine et aux Etats-Unis.

Fondée en 2004, la société suisse a ouvert des bureaux dans une vingtaine de pays, dont six en dehors d’Europe, et emploie au total une centaine de personnes de par le monde. Elle marche très fort au Japon, qui lui envoie chaque jour entre deux et quatre urnes, et vise désormais l’Inde et la Chine.

La plupart des urnes proviennent de familles qui veulent garder le souvenir d’un proche. Mais certaines personnes choisissent de leur vivant d’être incinérées puis diamantisées, un service qui est même offert désormais par des compagnies d’assurance vie.

La mobilité de la vie moderne est propice au secteur, estime Rinaldo Willy, qui remarque qu’il est difficile de se déplacer avec une urne à chaque déménagement –d’autant que certains pays interdisent de conserver les cendres d’un défunt à domicile– ou bien d’entretenir une tombe si l’on n’habite plus à proximité.

Quant à l’incinération, elle est de plus en plus courante: en Suisse, elle représente 75% des décès.

Le mot « algordanza » signifie « souvenir » en romanche, l’une des quatre langues officielles de la Suisse.

par Patrick Baert.

2 Réponses à “Des diamants à base de cadavres”

  1. Clémencon carole dit :

    Bonjour,

    Je recherche willy avec qui j’ai sympatise au venezuela à Cuidad Bolivar, il était diamantaire à l’époque et j’aimerai tant avoir de ses nouvelles. Merçi d’avance

  2. Michaud dit :

    Demande informations sur les différentes formes de diamant

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales