Arbeit macht frei : les futurs perdants

file340808429535.jpg

  La rentrée approche à grands pas, et l’identité des nominés pour l’Oscar de la meilleure sodomie à sec après ingestion de GHB sont : les cadres et les demandeurs d’emploi. Félicitations !

  Concernant les cadres, qui étaient pratiquement les seuls à avoir vraiment profité de la réforme des 35 heures, ils vont à présent être dotés de nouveaux contrats « personnalisés » soit-disant négociés en entreprise. Résultat : d’un arrangement de 218 jours travaillés par an, pour le même salaire, leur temps de travail passe à 235 jours « maximum »; au-delà, un nouveau contrat devra être signé, qui pourra s’étendre jusqu’à 282 jours !

  Dans tous les cas, les RTT sont supprimés. Ce qui revient, en synthèse, à « travaillez plus, reposez-vous moins, et tout ça pour le même tarif ». Ca donne envie de voter à droite, hein ?

  Deuxième ex-aecqo, les demandeurs d’emploi. Le RSA, Revenu de Solidarité Active, cheval de bataille de Martin Hirsch originellement fourbi par Royal et récupéré par le Pharaon, va finalement bien être mis en place. Ouf ! Vraiment ? II faut lire entre les lignes… pour ce qui est du financement, l’UMP « envisage » de taxer les revenus du capital. Sauf que ce n’est pas un engagement ferme; Quant à la somme allouée in fine à celui qui retrouve un travail, afin de l’y encourager et de lui accorder un niveau de vie supérieur à l’assistanat (absurdité actuelle du système), bien malin celui qui pourra l’estimer !

  Ce qui est certain, en revanche, c’est que ce RSA va remplacer le RMI et l’API. Comprendre : Seuls ceux qui auront retrouvé un travail seront aidés par l’Etat… lumineux, non ?

  Bref, pour faire quelques économies (le RSA coûtera a priori 1 milliard et demi par an, soit un soixantième des intérêts de la dette) et accorder une grosse gâterie au MEDEF (qui va pouvoir reprendre son championnat de suicide de cadres), l’UMP décide de sacrifier une part de la classe moyenne française, et de laisser en déshérence une autre partie de la population… à savoir, peut-être, la plus fragile. 

  Le pire, ami lecteur, c’est que ce genre de solutions, d’un point de vue économique, ne tient pas la route… Cela ne relancera ni la croissance, ni la consommation, et même une baisse du chômage n’est pas garantie par ces méthodes autoritaires.

EDIT : Quelques précisions ont été apportées. Sarkozy compte accorder le RSA à 3 millions de personnes, pour moitié en recherche d’emploi, pour l’autre qui en ont retrouvé un. Ce qui dénature, déjà, l’idée originelle, mais bon… Il promet que ses personnes y gagneront toutes, jusqu’à un certain plafond. Le détail du calcul montre que oui, mais seulement sur deux ans (c’est un peu compliqué à expliquer). Quant à tous ceux qui joueront le jeu du RSA, ils ne sont pas assurés de l’obtenir (puisque leur chiffre est déjà fixé à l’avance). Enfin, la taxe sur le capital, au nom du RSA, peut passer pour une manière de détourner l’engagement pris de ne pas augmenter les perceptions…

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales