Encore de la prison pour les anti-ogm ?

2377852216huitmoisdeprisonfermerequiscontrejosebovedans.jpg

BORDEAUX (Reuters) – Le procureur de la République de Bordeaux a requis mercredi soir huit mois de prison ferme et quatre ans de privation de droits civiques contre José Bové, poursuivi avec onze autres militants pour avoir dégradé du maïs transgénique stocké dans un silo à Lugos (Gironde).

Jérôme Bourrier a requis des peines de quatre à six mois de prison avec sursis contre les onze autres « faucheurs volontaires » et dix mois de prison avec sursis contre Marc Giblet, l’exploitant agricole chez qui avait été menée l’action et qui avait tiré un coup de fusil en direction des militants.

Le représentant du ministère public s’en est pris plus particulièrement à José Bové, auquel il a reproché un « comportement compulsif résultant d’un oedipe mal maîtrisé ».

Les faits jugés remontent au 4 novembre 2006.

Cent-cinquante « faucheurs volontaires » conduits par l’ancien dirigeant de la Confédération paysanne avaient versé un mélange d’eau et de brou de noix dans un silo, rendant impropre à la consommation 2.320 tonnes de maïs transgénique.

Cette action avait valu à José Bové de passer une trentaine d’heures en garde à vue.

Mercredi, une soixantaine de personnes présentes lors des faits incriminés ont demandé à être jugées au même titre que les 12 autres « faucheurs volontaires ».

La présidente du tribunal décidera de la recevabilité de leur demande lors du jugement qui sera mis en délibéré.

Devant la longueur des débats, les plaidoiries de la défense ont été reportées à jeudi matin.

Claude Canellas, édité par Jean-Loup Fievet

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales