Clandestinité et opacité à l’Elysée

sarkoelyseedj1.jpg

Source : Nouvel Obs/AP

On pouvait peut-être parler de clandestins » avant 2008, mais « aujourd’hui sûrement pas », a affirmé mercredi Christian Frémont, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, répondant à la polémique lancée par René Dosière sur le budget de l’Elysée et le nombre précis de fonctionnaires qui y sont détachés. [NDLR : On y croit vachement... lisez la suite...]

Selon le rapport du député socialiste, présenté mercredi à la presse, le budget élyséen, porté de 32 à 101 millions d’euros en 2008 suite à la décision de Nicolas Sarkozy de regrouper les participations des différents ministères, augmentera de 11,4% en 2009, pour atteindre 112,68 millions d’euros. « Alors que les budgets des administrations diminuent, celui de la présidence de la République ignore la crise », remarque M. Dosière.

Les frais de fonctionnement augmenteront de 25%, à 20,5 millions d’euros, les coûts des déplacements présidentiels de 33%, à 20,3 millions d’euros. Principal poste avec 69,9 millions d’euros, les frais de personnel ne progresseront que de 3,2%. Mais alors que le coût des 872 fonctionnaires détachés à la présidence par les ministères reste stable, celui des 98 contractuels recrutés directement par l’Elysée augmente de 20%, après 26,8% en 2008.

M. Dosière dénonce aussi la présence de « clandestins » dans les effectifs de l’Elysée, évoquant un « écart d’environ 150 personnes » entre le nombre de fonctionnaires mis à disposition par les ministères et le chiffre officiel déclaré par l’Elysée. « Jamais le budget de l’Elysée n’a été présenté de manière aussi opaque », s’insurge le député, qui n’a reçu aucune réponse à sa demande d’une liste des personnels par ministère d’origine.

Avant même la conférence de presse du député, l’Elysée est monté au créneau mardi soir pour contrer des accusations à l’effet désastreux en temps de crise.

Selon la présidence, sa dotation budgétaire ne progresse que de 2%, car le budget 2009 a intégré deux charges « sous-estimées » par certains ministères: 4,2 millions d’euros de cotisations retraite des gardes républicains et un écart de 5 millions dans les estimations des déplacements par avion de M. Sarkozy, faites sur la base des déplacements de Jacques Chirac en 2006. Ces dépenses seront réintégrées dès cette année. « Une ânerie budgétaire », a ironisé mercredi M. Dosière, qui dénonce le retour à l’ancienne pratique du « budget en deux temps ».

Lors d’une rencontre avec des journalistes mercredi matin, Christian Frémont a démenti la présence de « clandestins ». « On sait aujourd’hui qui travaille à l’Elysée. Jusqu’à l’année dernière, on ne le savait pas », a-t-il affirmé. « Auparavant, les ministères fournissaient des personnes plus ou moins identifiées (à l’Elysée). Donc là, effectivement, il pouvait y avoir des ‘clandestins’. Je n’en sais rien », mais « aujourd’hui, il y a une masse salariale, une liste du personnel. Il n’y a vraiment plus aucun clandestin », a insisté le directeur de cabinet du chef de l’Etat.

Quelque 1.031 personnes travaillaient en 2008 à l’Elysée (872 fonctionnaires détachés par des ministères, 61 personnels détachés par La Poste ou France Télécom, 98 contractuels employés directement par la présidence), pour une masse salariale de 72 millions d’euros. Une « cinquantaine » de personnes travaillent au cabinet du chef de l’Etat, selon l’Elysée.

Démentant toute augmentation salariale de 50% depuis deux ans, M. Frémont dit avoir reçu instruction du président de faire baisser la masse salariale de 3% en 2009. « Les temps sont difficiles, on supprime un départ à la retraite sur deux (dans la fonction publique). Ici, on va aussi faire un effort ». [NDLR : WAHAHAHAHA ! Ca se voit !]

La présidence assure aussi vouloir prendre des mesures d’économie pour l’avenir: outre la mise en concurrence des fournisseurs, la question des résidences présidentielles est notamment posée. Parmi les pistes de réflexion: confier aux collectivités locales par exemple la charge de l’entretien et du gardiennage des parcs des résidences de Marly-le-Roi (Yvelines) ou Rambouillet (Yvelines). [Oh la bonne idée... refiler le bébé aux collectivités locales, ça c'est une solution !]

L’Elysée a par ailleurs confirmé le remplacement des deux A319 dont dispose actuellement le chef de l’Etat pour ses déplacements par un A330, « un avion d’occasion », précisait-on à l’Elysée, acquis pour 60 millions d’euros. Les deux A319 devraient être revendus par le ministère de la Défense pour 35 millions d’euros chacun. Mais le budget est « silencieux » sur ce point, remarque M. Dosière. AP

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales