Parachutes dorés : derrière le rideau…

photo03024593069993.jpg

Source : Libération – par Sonya Faure

 

«Je ne viens pas du milieu de la finance…» rappelait il y a dix jours encore Laurence Parisot, sur France Inter. Comme lors de la crise de l’UIMM qui l’a opposée aux vieux barons de la métallurgie, la présidente du Medef la joue à nouveau chevalier plus blanc que blanc du monde de l’entreprise.

Elle présente ce matin un «code de gouvernance» concocté depuis des mois par le comité d’éthique du Medef et l’Afep (l’Association française des entreprises privées).

Les parachutes dorés sont sommés de disparaître : un PDG ne pourra recevoir d’indemnité de départ s’il laisse une entreprise en difficulté ou s’il démissionne.

La patronne des patrons avait eu des mots durs pour Patricia Russo et Serge Tchuruk, partis avec près de 6 millions d’euros chacun d’Alcatel-Lucent : «Je leur dirais de se regarder dans la glace. Est-ce qu’aujourd’hui ils ne sont pas gênés ?»

 

Bisbilles entre Sarkozy et Parisot

D’après le JDD, le code de gouvernance imposerait le non cumul des mandats sociaux et des contrats de travail pour les PDG, l’encadrement des stock-options et des actions gratuites. Le but d’un tel code : échapper à une loi que Sarkozy menace de faire voter.

Car, on se tire un peu la bourre entre Laurence et Nicolas pour endosser le costume du grand nettoyeur du capitalisme. Au Medef, on rappelle que Parisot avait lancé le comité d’éthique sur le sujet dès mars. On laisse aussi entendre que Sarkozy a repompé dans son discours de Toulon les idées de la présidente du Medef… qu’il avait reçue la veille.

«Et puis on a été un peu surpris de voir que le Président nous sommait de rendre un plan encadrant les rémunérations des patrons avant mardi… alors qu’on venait d’envoyer à la presse nos invitations pour la présentation du code de gouvernance !»

 

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales