La Zambie sur la route de la guerre civile… et/ou de la dictature

2831227917zambielepouvoirenpassederemporterlapresidentiellede.jpg

Source : AFP

par Justine Gerardy

M. Banda a obtenu 39,95% des suffrages contre 38,46% à M. Sata, selon les bulletins dépouillés dans 148 des 150 circonscriptions, a annoncé la Commission électorale dans la soirée.

La veille, les premiers résultats avaient commencé par donner une très large avance à l’opposant Michael Sata, avec plus de 60% des voix. Mais la marge s’est érodée, avant de se renverser, à mesure que s’ajoutaient les voix de circonscriptions plus favorables au pouvoir.

Les Zambiens ont voté jeudi pour élire le successeur du président Levy Mwanawasa, décédé en août des suites d’une attaque cérébrale.

La police et l’armée ont été mobilisées pour empêcher une répétition des émeutes qui avaient éclaté à l’issue du dernier scrutin, en 2006.

Le populiste Sata, vétéran de la politique zambienne, a prévenu qu’il ne reconnaîtrait pas le résultat de l’élection s’il était donné perdant, dénonçant des fraudes.

Les observateurs de l’Union africaine (UA) comme de l’Afrique australe ont qualifié de « transparents » le scrutin et le processus de dépouillement.

A l’annonce des derniers résultats, le Front patriotique (PF) de M. Sata a réclamé un recomptage des voix. « La prochaine chose à faire est de reprendre les urnes et de vérifier si ce qui est annoncé est ce pour quoi les gens ont voté », a déclaré le responsable électoral du parti, Willie Nsanda.

Le PF avait demandé plus tôt la suspension immédiate du processus de dépouillement.

Pour l’UA toutefois, « l’élection s’est déroulée dans une atmosphère paisible et les électeurs ont été en mesure de voter librement et sans intimidation (…) Le dépouillement et la transmission des résultats se sont déroulés de manière transparente. »

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a quant à elle estimé que « l’élection s’est déroulée de manière ouverte, transparente et professionnelle ».

L’opposant populiste s’est livré dans l’après-midi à une attaque en règle contre le parti au pouvoir depuis 17 ans, le Mouvement pour la démocratie multipartite (MDD), qu’il a accusé d’être « une bande de voleurs ». Selon lui, les votes pro-gouvernementaux ont été gonflés dans les circonscriptions favorables au pouvoir.

« Ces résultats sont faux », a lancé M. Sata devant des journalistes dans le centre de Lusaka. « Toute cette élection n’est ni libre, ni équitable. »

Agé de 71 ans, M. Sata a été ministre à plusieurs reprises. Il promet une politique de réformes radicales en faveur des plus pauvres, dans un pays dont 64% de la population vit avec moins de deux dollars par jour.

M. Banda est un ancien diplomate au profil plus technocratique. Il promeut quant à lui la stabilité économique pour poursuivre la forte croissance enregistrée ces dernières années par la Zambie, gros producteur de cuivre où la Chine investit massivement.

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales