L’armée israëlienne tire sur des ambulances…

photo030245930619955.jpg

  Ami lecteur, j’aborde ici un sujet qu’il devient de plus en plus périlleux de traiter… Non seulement car le (loooooong) conflit israëlo-palestinien est complexe en lui-même, mais aussi parce que, progressivement, Internet devient le champ de bataille hypocrite entre deux armés, ceux qui soutiennent Israël, et ceux qui soutiennent les palestiniens.

  Détail amusant : la plupart semblent n’avoir jamais mis un pied dans la région, mais chut ! Ne le leur dîtes pas, ils n’ont pas tellement le sens de l’humour…

  DONC cette putain de guerre reprend, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle sent le réchauffé. Rappelons que dans les derniers épisodes, le Hamas avait gagné les élections dans ce qui reste de la Palestine, mais que le la « communauté internationale », comme on dit, n’a pas voulu le reconnaître. A la place, ils ont dit aux électeurs que c’était bien d’être allé voter, mais qu’en fait on avait déjà choisi leur président pour eux, en la personne de Mahmoud Abbas. Ce qui tombait nickel, puisqu’il était déjà au pouvoir, et donc, qu’il n’y avait pas besoin d’en changer.

  Evidemment, le Hamas ne l’a pas vraiment bien pris, et après une guerre civile, en gros il a laissé Abbas dans son palais, pour s’emparer du restant de pouvoir en Cisjordanie et à Gaza. Il y a moins d’un mois, rompant la trêve par des tirs de roquettes,  le Hamas a justifié une invasion israëlienne… Les forces de Tsahal ayant adopté un plan inspiré par les tactiques Etats-Uniennes, à savoir « Shock and Awe », « taper et terrifier » en français dans le texte. Ce qui n’a rien à voir avec du méchant terrorisme, évidemment. Bref, ce plan consiste, officiellement, à bombarder les palestiniens au maximum afin de les inciter à voter pour le Fatah. Ce qui est vachement malin, c’est sûr.

  Et en parlant de votes, comme par hasard, ce nouvel accrochage entre les israëliens et les palestiniens intervient à la veille d’élections en Israël. La dernière grande offensive en date se situant, quelle coïncidence, également à quelques semaines d’un vote important. Donc, précédemment, il s’agissait de la droite israëlienne qui voulait montrer qu’elle avait à coeur de défendre les vies de ses électeurs; maintenant, il s’agit des travaillistes qui veulent prouver qu’ils ne sont pas des petites brêles et que, en cas de danger, ils sont tout aussi compétents en termes de bombardement et de tourisme en tanks, que leurs confrères de droite. Et quant au Hamas, sa cote grimpe méchamment… C’EST A CROIRE QUE TOUT CA EST DECIDEMENT TROP BIEN FOUTU POUR N’ÊTRE QU’UN MALHEUREUX CONCOURS DE CIRCONSTANCES HEIN…

  Pendant ce temps, évidemment, les civils palestiniens se font joyeusement canarder, depuis trois semaines. Par exemple, un immeuble dans lequel les forces israëliennes avaient rassemblé des palestiniens, vient d’être touché par un missile. Bilan : 30 morts.

  Cependant, les palestiniens peuvent se réjouir : trois heures durant, chaque jour, Tsahal ordonne un cessez-le-feu. Le temps pour les secours, d’aller soigner des blessés… lorsqu’ils ne se font pas canarder, comme le décrit cet article :

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/international/20090106.OBS8591/larmee_israelienne_attaquerait_des_medecins.html

620768.jpg

Des équipes médicales venant en aide à des blessés dans la bande de Gaza ont été attaquées par l’armée israélienne, affirme mardi 6 janvier l’ONG israélienne Physicians for Human Rights (PHR).
« Des témoignages indiquent que les IDF (l’armée israélienne) attaquent des équipes médicales qui veulent aller secourir des blessés, dont des ambulances et des docteurs en tenue médicale (…) », indique PHR dans un communiqué, précisant avoir recueilli des informations sur dix cas de ce type.

« Bouclier humains »

Interrogée sur le rapport, l’armée israélienne n’a pas réagi directement mais a insisté sur le fait qu’elle faisait « tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de blesser des civils » et a accusé le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza, d’utiliser des civils comme « boucliers humains ».
PHR indique avoir reçu un coup de téléphone de l’hôpital Al-Awda, de Gaza, qui affirme que des médecins n’ont pas été en mesure de sortir pour évacuer des personnes blessées par les frappes israéliennes.
« Nous ne pouvons pas faire sortir les ambulances parce qu’on nous tire dessus ».
Dans un autre appel téléphonique, la Croix-Rouge à Gaza a indiqué : « Nous ne pouvons faire sortir les ambulances car, aussitôt parties, on leur tire dessus avec des (hélicoptères d’assaut) Apache ».

 

Protection spéciale

 

L’ONG dénonce une situation « extrêmement dangereuse », rappelant que les équipements médicaux et le personnel médical sont censés bénéficier d’une neutralité médicale et d’une protection spéciale (…) même en temps de combats ».
Elle appelle toutes les parties « à fournir tous les efforts possibles pour éviter d’attaquer le personnel et les équipements médicaux ».
Lundi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait indiqué que des personnes blessées dans les combats étaient décédées car les ambulances n’avaient pas pu les secourir à temps.
« Parfois, les ambulances ne peuvent pas du tout arriver jusqu’aux blessés à cause des combats et des bombardements », avait relevé l’organisation dans un communiqué.
« Des blessés meurent tout simplement en attendant une ambulance », déplorait le chef du bureau du CICR à Gaza, Antoine Grand. 

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales