Un avis sur le travail le dimanche

  La loi sur le travail dominical n’en finit pas de faire couler de l’encre… même virtuelle, celle du JRDF, sur ce sujet, coulera également.

  Que penser d’un tel projet législatif ? A priori, la même chose que pour la suppression de la publicité à certaines heures sur les chaînes du service public – cela a un côté « bonus non-négligeable auquel personne ne pourra s’opposer ». Le Sarkozy populiste battant des bras en prêchant les gains de pouvoir d’achat « pour ceux qui le veulent » est tout trouvé, avec le supplément de « et comme ça les gens pourront tranquillement faire leurs courses le dimanche ».

  Mais, comme pour la suppression de la pub, ami lecteur, il faut savoir lire entre les lignes, et regarder les conséquences de tout cela. C’est-à-dire fouiner dans les textes de loi, et voir qui ceux-ci vont avantager, in fine. Bon. Déjà, je ne suis pas un « antilibéral » farouche prêt à aller dans une manifestation pour beugler aux côtés des syndicats, et au pas cadencé s’il vous plaît ! Cela ne veut pas dire que je crache sur toute revendication sociale, non plus, ni que le bien-être des travailleurs m’est égal, AU CONTRAIRE !

  Mais regardons les choses en face, déjà. Malgré les textes de loi qui autorisent des « dérogations exceptionnelles », à déposer auprès de la mairie, et limitées à 5 dimanches par mois, excepté dans les zones classées « touristiques » et par rapport à certains secteurs spécifiques – alimentation jusqu’à 12H00, entreprises fonctionnant en flux tendu, etc… LES TABACS, LES CAFES, LES BOULANGERIES, ET NOMBRE DE GRANDES SURFACES OUVRENT LE DIMANCHE. Et pas jusqu’à midi. Ce n’est pas de l’ordre de 100%, mais franchement, les réglementations en France, sur le travail dominical, y’en a pas mal qui s’en contrecarrent. Et tous ceux qui veulent s’acheter du pain à 16H le jour du Seigneur, ou un paquet de clopes, ou une bouteille de vin chez l’épicier du coin, ne s’en portent pas plus mal.

  Donc, où se trouve vraiment le problème, dans tout cela ?

  Il vient du fait qu’un certain monsieur Vuitton, qui a un grand magasin sur les Champs-Elysées, s’est récemment fait casser sa dérogation d’ouverture dominicale parce que l’entrée de son magasin se trouve sur un côté de l’avenue, et pas le bon, celui qui est en zone commerciale. Sarkozy y a fait référence plusieurs fois. Et donc, monsieur Vuitton, tout comme d’autres grosses sociétés qui ont connu de pareils problèmes avec la loi – parce que les employés ont porté plainte aux Prud’Hommes, par exemple – se retrouvent bien emmerdés.

  Comme ce sont des bons gros patrons de droite, et que nous sommes en France, évidemment, ils passent un coup de fil au Président, en lui demandant d’arranger leurs affaires. Et celui-ci, tout démago qu’il est, nous fait croire qu’il s’agit d’un problème national, une étape de plus dans sa croisade du Pouvoir d’Achat (qui est bien mal barrée, à mon humble avis, mais c’est un autre sujet…).

  Les conséquences de tout ceci, ami lecteur, sont les suivantes : Les grandes surfaces, TOUTES les grandes surfaces et pas seulement celles qui n’en font qu’à leur tête ou qui ont un arangement avec les autorités, vont pouvoir effectivement faire travailler leurs employés, sur-la-base-du-volontariat-mais-oui-c’est-ça, en leur payant soi-disant un salaire majoré. J’écris « soi-disant » parce que quand on voit à quel point les heures supplémentaires sont déjà difficiles à toucher, sans parler des RTT et même des congés payés, les salaires majorés le dimanche, dans des grosses usines à profit, hein…

  Sans compter que les petits commerces risquent de méchamment morfler sur ce coup-là, eux ne pouvant pas forcément ouvrir le dimanche (certains le font, mais les artisans-commerçants, le saviez-vous, ont aussi une vie de famille).

  Au final, rappelons que ce texte ne change pas grand-chose : il n’autorise que quelques dérogations en plus. Mais tout cela n’est qu’une foutaise. Encore une fois, ce qui compte là-dedans, c’est d’arranger les affaires des Vuitton et compagnie, qui ont bien financé l’UMP alors faudrait bien que ça leur serve à quelque chose, d’avoir leur petit protégé au pouvoir.

  Les autres commerçants, ma main à couper, vont se faire enfler.

  Pourquoi ? Parce que dans le monde merveilleux de la droite, les très gros mangent les gros, mais surtout les petits. 

  Rassurons les droitistes : ce n’est pas très grave, puisque les chiffres du chômage sont bidonnés, et que les gens ne regardent pas l’étiquette de ce qu’ils entassent dans leur caddie.

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales