PS : Détournement de fonds associatifs à Marseille…

  Il n’est pas dit que le JRDF épargnera quiconque; malgré ses accointances réformistes, et son rejet d’une grande partie de la politique (méchamment de droite) actuelle, un voleur est un voleur – fut-il un ponte socialiste.

  Voici donc une transcription du Canard Enchaîné du 25 mars. J’y ajoute, ami lecteur, ma part personnelle de honte, et de désapprobation

 

  Mazette ! A Marseille, le PS a visiblement oublié de doter le conseil régional PACA d’une machine à broyer les documents compromettants. Elle lui aurait pourtant été fort utile. Depuis un an, le vilain juge Landou enquête sur des détournements de fonds au profit d’associations bidons des quartiers nord de Marseille. Des fiefs socialistes que la Région a gavé de subsides pendant des années.

  Le magistrat soupçonne de joyeuses pratiques destinées à « fluidifier » les campagnes électorales (« Le Canard », 11/2). Mais, à en croire Michel Vauzelle, le président de la Région, ses services ont été abusés par des escrocs à la petite semaine. Même son de cloche chez Sylvie Andrieux : la patronne du groupe PS chargée de la « politique de la ville » n’a rien vu, rien entendu et hurle aux « négligences administratives ».

  Seulement voilà : un document passionnant, tombé sous le bec du « Canard », ne plaide pas en leur faveur. Il s’agit d’une note interne plutôt gratinée qu’un cadre avait adressée, dès le 19 juillet 2002, à sa hiérarchie. Dans ce courrier de quatre pages, il dénonce l’existence, au conseil régional, de deux types d’associations.

  D’un côté, celles qui présentent des « dossiers normaux » de demande de subventions. Disséminées dans toute la Région, elles rament pour décrocher quelques poignées d’euros, subissent une batterie de contrôles administratifs, doivent, chaque année, justifier de leurs actions en faveur des quartiers et montrer patte blanche sur leur comptabilité… De l’autre, les associations pistonnées des « dossiers signalés ». Bizarrement concentrées dans certains quartiers marseillais, ces associations-là engrangent des aides « tr.ois à dix fois supérieures », toujours selon cette note incendiaire.

  Leur versement est imposé par les élus desdits quartiers, ui exercent »une pression directe » sur les fonctionnaires. Résultat miraculeux : « La fiabilité de ces associations n’est pas vérifiée » et « aucun contrôle de l’usage des crédits ne peut être effectué », écrit l’insolent. Bref, du bon vieux clientélisme à la papa, particulièrement vigoureux en période électorale : 2,2 millions d’euros, pour 160 « dossiers signalés », ont ainsi été balancés dans la nature rien qu’entre mars et juin 2002, à la veille des élections législatives.

  Problème : dans sa confession écrite, le rédacteur de cette note précise qu’il a alerté en vain, et à trois reprises, le cabinet de Michelle Vauzelle. Lequel répond au « Canard », via son avocat, Me Gilles Gauer, qu’il n’a « jamais eu connaissance de ce courrier ». [NDLR : C'est terrible, ces lettres qui se perdent...]

  A l’époque, il avait pourtant provoqué une petite panique à la Région, ce qui n’avait pas valu une promotion à son auteur : le bavard avait été illico placardisé, sur ordre de Sylvie Andrieux. Celle-là même qui est abondamment citée par plusieurs fonctionnaires qui défilent ces temps-ci chez le juge Landou…

  L’un d’eux se souvient : « Si l’un de nous avait le malheur de lui demander des justificatifs ou d’émettre des doutes sur une associations, ça soufflait sévère ! »

  Au pays du mistral, ça mérite d’être signalé… 

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales