Renault et PSA refusent d’indemniser les salariés de New Fabris

Par Reuters

PARIS – Renault et PSA refusent de payer les indemnités demandées par les salariés de New Fabris qui menacent de faire exploser leur usine s’ils n’obtiennent pas satisfaction, annoncent des porte-parole des groupes.

Les travailleurs de cet ancien sous-traitant automobile de Châtellerault (Vienne) en liquidation judiciaire ont disposé des bouteilles de gaz reliées entre elles en assurant qu’ils peuvent déclencher une explosion quand ils le désirent.

Ils exigent le versement de 30.000 euros de primes en plus des indemnités légales pour chacun des 336 employés, soit dix millions d’euros au total, d’ici au 31 juillet.

Les deux constructeurs automobiles estiment avoir déjà soutenu leur sous-traitant pendant la période de redressement judiciaire et déclarent qu’ils n’ont pas à prendre en charge les indemnités demandées par des salariés qui ne sont pas les leurs.

« Les primes demandées ne sont pas prévues légalement. Renault n’est pas en leur faveur et de plus ce n’est pas au client de payer », a dit une porte-parole de Renault.

Un porte-parole de PSA a abondé dans le même sens en soulignant que le problème de New Fabris pourrait faire tache d’huile si ces salariés obtiennent gain de cause.

« A quel titre devrait-on payer des indemnités ? New Fabris est un client. On ne peut pas se substituer à l’actionnaire ou à l’Etat », a-t-il dit. « On ne peut pas supporter à nous seuls la restructuration de 12% de l’économie française. »

Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a annoncé lundi sur RTL qu’un rendez-vous avait été programmé le 20 juillet à Paris au ministère de l’Industrie avec les représentants du personnel de l’usine désormais fermée.

« C’est notre devoir d’être à l’écoute, d’entretenir le dialogue social, de discuter aussi avec les grands constructeurs que sont Renault et PSA, de voir ce qui est possible et ce qui n’est pas possible, mais on ne peut pas le faire sous la menace », a-t-il déclaré.

« Je dis à ces ouvriers: ‘soyez raisonnables’, parce que notre pays ne peut pas dans cette période de crise que nous traversons subir l’exemple d’une menace aussi puissante et aussi forte que de faire sauter son usine et son entreprise, ce n’est pas l’image de la démocratie et de la République », a-t-il dit.


PSA D’ACCORD POUR RACHETER LES PIÈCES

New Fabris a été placé en redressement judiciaire en novembre 2008 et, après la vaine recherche d’un repreneur, a été mis en liquidation en juin.

Les salariés retiennent un stock de pièces produites et des outils de production qui venaient d’être installés.

Durant la période d’observation fixée par la justice entre novembre et juin, les deux constructeurs disent avoir soutenu la société en maintenant leurs commandes.

PSA est d’accord pour racheter les stocks de pièces au prix normal, ce qui apporterait 1,2 million aux caisses du liquidateur, mais les salariés les retiennent, a dit le porte-parole du groupe.

Les syndicats de New Fabris ont souligné que l’ultimatum avait été initialement fixé au 15 juillet puis repoussé au 31 par une majorité des salariés.

Les employés refusent de laisser les constructeurs récupérer les pièces en stock et les machines encore dans l’usine.

Une délégation de salariés doit se rendre jeudi prochain à la direction de Renault pour tenter de négocier l’octroi des indemnités demandées.

Au printemps, des salariés menacés de licenciement dans une demi-douzaine d’entreprises françaises avaient séquestré des patrons, comme ceux de Caterpillar à Grenoble (Isère), 3M à Pithiviers (Loiret) et Sony (Landes).

Ces actions se sont avérées payantes puisque dans la plupart des cas les entreprises en question ont fait des concessions. A en croire les sondages, une majorité des Français disent comprendre, voire approuver ces stratégies.

-jrdf
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales