posts du 25 septembre, 2010


Muse est un groupe engagé et le prouve une fois de plus

Muse est un groupe engagé et le prouve une fois de plus au travers d’un nouveau clip visible sur les chaînes du groupe MTV

La Fondation MTV Europe a choisi de dénoncer le trafic des êtres humain et Muse s’est associé à cette campagne sans hésiter. Le groupe de rock britannique succède à The Killers et Radiohead qui, respectivement en 2008 et 2009, avaient choisi de dénoncer les réseaux de prostitution des femmes à travers Goodnight, travel well mais aussi le travail des enfants dans le monde avec All I Need. Cette année, cette campagne sera diffusée dans 170 pays sur les chaînes MTV, MTV Pulse et MTV Idol.

Depuis vendredi, le clip inédit Mk ultra, extrait de leur dernier album The Resistance est diffusé. Quant aux membres de Muse, ils se disent « fier de lutter contre les formes d’esclavage moderne », et considèrent « inacceptable que certains êtres humains voient leurs droits à la liberté bafoués. »

Pour visionner le clip, cliquez ici.

L’industrie nucléaire iranienne, cible d’un virus informatique ?

L’Iran semble être la cible prioritaire du virus informatique Stuxnet, qui s’attaque à des systèmes industriels, et son efficacité laisse supposer l’implication d’un Etat dans sa mise au point, selon un expert américain. Lire la suite l’article

Près des deux tiers des ordinateurs infectés se trouvent en République islamique, note Kevin Hogan, responsable de la sécurité pour la firme américaine Symantec.

Ses propos, recueillis par Reuters, viennent s’ajouter à ceux de plusieurs experts, selon lesquels Stuxnet, vecteur d’une opération d’espionnage ou de sabotage mise en oeuvre avec l’appui d’un pays, vise spécifiquement la centrale nucléaire de Bouchehr, première du genre en Iran.

« Il est assez clair, sur la base de l’évolution de l’infection, que ces installations iraniennes sont visées », dit Kevin Hogan, jugeant toutefois impossible de déterminer précisément la cible, qui pourrait aussi bien être une raffinerie, qu’une station d’épuration ou une usine quelconque.

« SUPER-ARME NUMÉRIQUE »

Une chose est sûre, dit-il, les créateurs du virus, qui s’attaque spécifiquement à un système de contrôle des installations techniques mis au point par Siemens et très répandu dans l’industrie, disposent de ressources importantes.

« On ne peut pas exclure (l’implication d’un Etat). Sur la base de ces ressources, de l’organisation et des connaissances détaillées dans divers domaines, dont celui des installations iraniennes, que cela implique, ce doit être un Etat ou un acteur privé ayant accès à des systèmes étatiques », conclut l’expert.

Siemens et des scientifiques français ont collaboré à la conception de la centrale de Bouchehr, dans les années 1970. La Révolution islamique de 1979 a depuis changé la donne et le chantier a été repris par la Russie.

La centrale a été inaugurée le mois dernier après la livraison de combustible russe.

Selon la firme allemande, Stuxnet est un « cheval de Troie » qui se répand via des clés USB en tirant parti d’une vulnérabilité désormais résolue du système d’exploitation Windows de Microsoft.

Certains commentateurs n’hésitent pas à parler de « première super-arme numérique » destinée à détruire une cible réelle.

Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

FFF: Le conseil fédéral renversé par les amateurs?

Le conseil fédéral de la Fédération Française de Football qui se tient ce vendredi pourrait voir un putsch du monde amateur sur la FFF.

Le monde amateur pourrait faire tomber le conseil fédéral afin de reprendre la main sur la FFF. C’est ce qu’annonce France Football qui précise que le la réunion de ce vendredi pourrait voir les présidents des districts, des ligues et des clubs amateurs exiger la révocation du conseil fédéral de la 3F. Les amateurs reprochent toujours aux membres de ce conseil la gestion du cas Domenech et post-Mondial 2010.

Ces derniers disposant de 75% des voix, la menace est donc plus que réalisable. Fernand Duchaussoy, le président par intérim de la Fédération, espère plutôt que chacun garde son calme: « Si on veut sortir de la crise, c’est pas à pas, et si l’on veut voir l’horizon 2016 se dégager, ce n’est pas en se payant un deuxième conflit ». Le calendrier voulu par ce dernier est assez différent de celui du monde amateur puisqu’il souhaite que les choses restent en l’état jusqu’aux élections du printemps 2011.  

MMS : Miracle Mineral Solution ou Cheval de Troie ? Votre corps et votre ADN décident

Cet article a d’abord été publié dans le magazine Dot Connector, publication officielle de Sott.net.

Le Miracle Mineral Solution (MMS – Solution Minérale Miracle) est commercialisé fiévreusement comme un traitement alternatif miraculeux pour le SIDA, l’hépatite, la malaria, l’herpès, la tuberculose, le cancer et bien d’autres maladies les plus craintes de l’humanité. La vérité est que MMS est un poison dangereux et, en tant que tel, il n’a aucunement sa place dans l’arène de la santé alternative.

Beaucoup de personnes ne savent pas que MMS est essentiellement un produit javellisant. C’est très efficace pour tuer les bactéries dans les toilettes, mais vous ne devriez certainement pas l’avaler. L’ingrédient actif dans MMS n’est pas un minéral, mais du dioxyde de chlore (chlore oxygéné), qui est formé par la combinaison de chlorite de sodium et d’acide acétique (vinaigre) ou d’acide citrique. MMS en tant que poison tue les germes qui pénètrent dans votre corps, mais il serait naïf de croire qu’il est soigneusement sélectif dans ce qu’il tue et détruit, ou bien de penser que les dommages réalisés n’ont que des conséquences limitées. Il est choquant que MMS soit recommandé si largement, qu’il soit recommandé à des individus déjà affaiblis ET que ce soit recommandé pour un usage à long terme. En vérité, les dangereux effets secondaires potentiels et à long terme de l’utilisation régulière de MMS devraient donner la chair de poule à n’importe qui.

Avant de continuer, une leçon importante sur l’oxydation et les radicaux libres est nécessaire pour nous aider à comprendre les conséquences à long terme de l’utilisation de MMS1 et de son successeur MMS2. Cette information est cruciale pour voir pourquoi MMS n’est PAS une solution médicale alternative.

L’oxygène est un élément essentiel qui soutient la vie, mais au mauvais endroit ou au mauvais moment, l’oxygène peut faire beaucoup de dégâts à nos cellules, causant le cancer, contribuant aux maladies cardio-vasculaires, aux maladies dégénératives, et au vieillissement par un processus appelé oxydation. Vous avez vu les effets de l’oxydation quand vous avez observé une pomme virer au brun et pourrir en étant exposée à l’air ou quand vous voyez la flamme d’une bougie.

Nous utilisons l’oxygène pour prendre des électrons au sucre et aux molécules de graisse que nous utilisons comme carburant. Cependant, les molécules que nous souhaitons garder intactes sont sujettes à l’influence de la combustion de l’oxygène et risquent de perdre aussi des électrons. Le feu de la flamme d’une bougie illustre pertinemment l’oxydation dans laquelle les électrons de la cire de la bougie sont arrachés par l’oxygène dans l’atmosphère avec la libération résultante de lumière et de chaleur. À mesure que l’oxygène fait son chemin à travers le corps, beaucoup de ses molécules perdent un électron. Cela signifie qu’elles deviennent des ions chimiquement instables et hautement réactifs à mesure que sont formés des radicaux libres. Ces sous-produits métaboliques instables de la production d’énergie dans les cellules font tout leur possible pour se stabiliser en « volant » un électron de remplacement de n’importe quelle molécule voisine, laissant encore plus de molécules endommagées dans leur sillage. C’est ainsi que les radicaux libres dans notre corps sont produits et provoquent une inflammation, un processus qui est mieux connu comme le stress oxydatif ou dommage oxydatif. L’oxydation peut même causer des changements débilitants à notre ADN.

Lire la suite de ‘MMS : Miracle Mineral Solution ou Cheval de Troie ? Votre corps et votre ADN décident’ »

La tension reste vive entre la Chine et le Japon

Les tensions entre le Japon et la Chine n’ont pas été apaisées samedi par la libération du capitaine d’un chalutier chinois détenu pendant deux semaines sur l’archipel nippon, Pékin exigeant des excuses et un dédommagement que lui refuse Tokyo.

Arrêté le 8 septembre après une collision entre son chalutier et deux vedettes de la garde-côte nippone en mer de Chine orientale, près d’îlots revendiqués par les deux pays, le capitaine Zhan Qixiong a pu quitter le Japon samedi pour se rendre à Fuzhou, ville côtière chinoise.

Il y a été accueilli par un représentant du ministère des Affaires étrangères, a rapporté l’agence officielle Chine nouvelle.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a ensuite exprimé sa colère et exigé des excuses et une indemnisation de la part du Japon.

« Ce geste a gravement porté atteinte à la souveraineté chinoise et aux droits d’un ressortissant chinois et le gouvernement chinois proteste vivement », écrit le ministère dans un communiqué publié sur son site internet.

« Le Japon doit des excuses et un dédommagement à la Chine après cet incident », ajoute-t-il.

La Chine souligne en outre que sa revendication sur les îles près desquelles a eu lieu la collision, appelées archipel des Diaoyu par Pékin et îles Senkaku par Tokyo, est « incontestable », ce que le Japon a rejeté.

« Il n’y a aucun différend territorial à régler au sujet des Senkaku », a répliqué le ministère japonais des Affaires étrangères dans un communiqué. « La réclamation par la Chine d’excuses ou de dédommagements est sans fondement et elle est absolument inacceptable. »

FAIBLESSE

Malgré ses exigences, la Chine a aussi invité le Japon à régler leurs contentieux par le dialogue.

Le Premier ministre nippon, Naoto Kan, a lui aussi invité les deux principales puissances économiques d’Asie à nouer des relations saines.

« Il me semble nécessaire que le Japon et la Chine gèrent les choses calmement », a-t-il dit à New York en marge de l’assemblée générale de l’Onu.

Cette crise surgie au coeur d’une zone potentiellement riche en ressources gazières illustre à nouveau la méfiance persistante entre les deux géants asiatiques, notamment depuis l’occupation d’une partie de la Chine par le Japon durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans la presse japonaise, certains éditorialistes ont interprété la libération du capitaine du chalutier comme un aveu de faiblesse à l’égard de la Chine.

« Il est possible que cela ait donné l’impression que le Japon cède sous la pression », écrit ainsi Asahi Shimbun, un journal influent.

Pour Sun Cheng, expert en relations sino-japonaises à l’université de sciences politiques de Pékin, il faudra du temps pour améliorer les relations entre les deux pays.

« Que le Japon s’excuse ou dédommage (la Chine), ce n’est pas l’essentiel, il s’agissait surtout de faire comprendre que la Chine ne transigerait pas sur la souveraineté » sur les îles, a-t-il dit.

Peu avant la libération de Zhan, la Chine a interpellé sur son territoire quatre Japonais accusés d’infraction à la législation sur la protection des installations militaires. Le gouvernement japonais a démenti tout lien entre ces deux affaires.

Ces quatre Japonais seraient employés d’une entreprise nippone de travaux publics, Fujita. Une porte-parole de l’entreprise a dit qu’ils étaient en Chine avec un employé chinois dans le cadre d’un projet de récupération d’armes chimiques abandonnées en Chine par l’armée japonaise à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Avec Yoko Nishikawa et Chikako Mogi à Tokyo, Clément Guillou et Bertrand Boucey pour le service français

Des lycéens se mobilisent pour le 2 octobre contre les retraites

2088143851deslyceenssemobilisentpourlaprochainejourneecontrela.jpg  

L’Union nationale lycéenne (UNL, premier syndicat lycéen) appelle les jeunes à se mobiliser en vue des manifestations du samedi 2 octobre en France contre la réforme des retraites.

Affirmant que de nombreux jeunes ont participé aux défilés syndicaux de jeudi, le syndicat lycéen estime que « la jeunesse et les lycéens peuvent faire plier le gouvernement ».

Au lendemain d’une journée de grèves et de manifestations qui ont réuni trois millions de personnes selon les syndicats et un peu moins d’un million selon l’exécutif, les centrales syndicales ont décidé vendredi de deux nouvelles journées de mobilisation, les 2 et 12 octobre.

Elles n’ont pas caché leur espoir de voir les lycéens et étudiants venir grossir les rangs des opposants à la réforme.

Pour faire monter la pression, l’UNL appelle ses adhérents à organiser des assemblées générales dans toute la France pour préparer les manifestations du 2 octobre. Le syndicat organisera un meeting parisien sur les retraites la veille.

« Alors qu’un million de jeunes sont aujourd’hui au chômage, le gouvernement veut retarder l’âge de départ à la retraite, créant encore plus de difficultés pour leur insertion socioprofessionnelle », explique l’organisation lycéenne.

« Il aggrave la précarité existante plutôt que de trouver les solutions pour y mettre fin », ajoute-t-elle dans un communiqué.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Nicolas Sarkozy confirme le transfert de grandes écoles à Saclay

1270202729nicolassarkozyconfirmeletransfertdegrandesecolessurle.jpg

Nicolas Sarkozy a confirmé vendredi le transfert sur le plateau de Saclay de plusieurs grandes écoles, provoquant l’inquiétude du maire de Paris qui craint que ces déménagements « décidés sans concertation » n’affaiblissent la capitale.  

En visite sur le futur campus de Saclay, au sud de Paris, dont il veut faire un pôle scientifique et technologique de classe mondiale, le chef de l’Etat a indiqué que ces transferts lui permettraient d’atteindre la « masse critique » nécessaire.

Sont concernées notamment l’Ecole centrale de Paris, l’Ensae (Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique), l’ensemble Ecole des mines de Paris-Institut des télécoms, l’Ecole normale supérieure de Cachan, l’Agro Paris Tech et un pôle biologie-pharmacie-santé qui s’appuiera sur les équipes de l’université de Paris-Sud.

Le plateau de Saclay, qui accueille déjà Polytechnique et Supelec et des centres de recherche de grands groupes comme Danone, Thalès et bientôt EDF, ambitionne dans le projet gouvernemental d’accueillir à l’horizon 2020 12.000 chercheurs et enseignants et 31.000 étudiants.

Il bénéficie pour cela d’une dotation de 850 millions d’euros du plan campus, qui sera complétée par une autre d’un milliard d’euros au titre des investissements d’avenir financés par le grand emprunt.

Dans un communiqué, le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, dénonce des annonces qui contredisent les projets scientifiques de deux des établissements concernés par les transferts, les Mines de Paris et Télécom.

Ceux-ci prévoyaient, selon lui, des schémas d’implantation bipolaire » avec le maintien d’activités à Paris alors que leurs bâtiments seront en fin de compte vendus « pour financer leur nouvelle installation ».

S’il dit soutenir le développement envisagé à Saclay, Bertrand Delanoë note que donner une nouvelle force à la recherche francilienne ne doit pas se fonder « sur l’affaiblissement des autres pôles de recherche, et notamment Paris ».

Nicolas Sarkozy lui avait répondu par avance en déclarant à Saclay que l’investissement dans la recherche « est un processus cumulatif, et non pas exclusif ».

« Je comprends que les responsables d’universités et de grandes écoles parisiennes puissent être inquiets que Saclay n’absorbe toutes les ressources. Mais je veux leur dire d’ici et aujourd’hui, qu’ils ne seront pas oubliés », a-t-il dit en demandant à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, que « tout soit fait, tout, pour accélérer les chantiers de l’opération campus, notamment à Paris ».

Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales