20 mars 2009

Désespoir…

Désespoir, ami lecteur ; et sans hyperbole.

Le JRDF, initialement Journal d’1 Révolution Démocratique Française, soutenait la gauche lors des élections de 2007. En 2008, il est devenu le Journal d’1 Révoltante Démocratie Française, sous le joug de l’UMP.

2009 apporte sa nouvelle identité à ce blog : évoquer le mot de « démocratie » serait faire injure à l’Histoire. La France était déjà une ploutocratie vaguement élective et parlementaire ; elle devient aujourd’hui une caricature d’empire ultralibéral.

Non pas une dictature, note bien : celle-ci, ayant encore généralement l’avantage d’être plus directement visible. La France, sous le règne de Sarkozy, est devenue un despotisme. Une forme si ancienne de régime autoritaire, sans vision, sans amour ; un monde cloisonné, entre les clans des palais, et le reste de la population ; entre les grands amis des types qui squattent les palais, et les citoyens censés être « souverains ».

  Connerie, putain. Putain de connerie. Presque deux mois de mouvement social dans les Antilles, et Sarkozy-le-matador qui en profite pour se payer des vacances aux quatre coins du monde.

  Des accords avec les syndicats, présentés devant la caméra, dans un joli cadre doré, et piétinés le lendemain même.

  Des lois appliquées avant d’être votées – telle la réforme de la télévision publique. QUI OSERA PARLER DE DEMOCRATIE ? QUI OSERA POSTER ICI UN MESSAGE DETROMPANT L’EQUIPE DU JRDF, lorsque les nominations se font au doigt mouillé dans des entreprises publiques, lorsque l’indépendance des juges d’instruction est supprimée au profit de « juges de l’instruction » qui ne jugent plus, et qui sont directement reliés au Ministère de la Justice ?

  Les élections internes, au sein de l’UMP, sont truquées. Les photos, dans les magazines suce-UMP, sont truquées. Les chiffres du chômage sont aussi faux que ceux de la délinquance. Rassure-toi, ami lecteur : pour 2012, les bureaux de vote seront blindés de machines à voter.

  Qui parlera de l’augmentation des salaires promise, et des mesures en faveur du pouvoir d’achat, lorsque les milliards sont balancés par brassées à des grands patrons, et à des banquiers ? CE N’EST PAS DE LA DEMAGOGIE ! Comment peut-on espérer sortir un pays d’une crise financière, en filant de l’argent à des constructeurs de voitures, alors que les gens ont de moins en moins les moyens de s’en payer une ? Et dire que ça se prétend libéral… Lorsqu’ils sont dans la merde, les capitalistes sont plus socialistes que Lénine… ils sont seulement beaucoup moins talentueux, et ils font tomber des sacs d’argent par-ci, par-là ;

  Ces milliards, s’ils ne sont pas détournés, ne dureront peut-être même pas un an ; la dette qu’ils auront creusé, pèsera, elle, sur l’avenir des générations futures. L’UMP soutient des entreprises en crise – banques, constructeurs – mais pas leurs clients. Et les entreprises richissimes, elles, dégraissent à tour de bras.

  On connait la technique : un de ces pantins, Parisot ou Sarkozy, ira pleurer et tempêter que les usines ne doivent pas fermer, en France. Ouais ; Et puis le week-end d’après, ils iront bouffer au restaurant avec les dirigeants de ces sociétés.

  Tous ces patrons-voyous, gavés de subventions de l’Etat, je suis prêt à le parier, ami lecteur, sont dans le répertoire du téléphone portable de Sarkozy. Il lui suffirait de passer quelques coups de fil. C’est d’ailleurs pour cela que la France élit des types de droite : elle croit qu’ils vont utiliser leurs réseaux industriels et financiers pour gouverner, au plus près des rapaces.

  Et c’est également pour cela, qu’une fois le type de droite élu, la France se plaint : Parce qu’elle réalise que ce mec va passer son temps à se prélasser dans des palaces aux frais du contribuable, entouré par tous ses potes richissimes, qui viennent implorer les faveurs du prince afin d’entasser encore un peu plus de pognon ; la guerre des classes… vous croyez vraiment qu’elle se joue entre les pauvres et les riches ?

  Mais les riches, sont très contents d’avoir des pauvres ! Quand ils ne se révoltent pas (ce qui est très rare), ils font du bétail de choix pour leurs abattoirs ! Et ils achètent même leurs produits ! Les riches, les vraiment TRES riches, n’ont au fond qu’un seul véritable ennemi : les bourgeois. L’Ancien Régime est toujours là : les nobles ne partagent pas, et ils utilisent leur aristocratie financière, un mélange de Bourse et d’Elysée, pour asseoir leur pouvoir. Les bourgeois, sont la proie des nobles, qui ne font qu’appauvrir la société ; et, dans leur appétit autodestructeur, ils en viennent même à flinguer leurs propres entreprises, à force de rogner sur la part du peuple – bourgeois compris.

  Ils vous vendent des aliments qui, au minimum, ont fait doubler les allergies en dix ans. Ils vous ont fait bouffer tellement de pesticides que la fécondité chute de plusieurs pourcent chaque année. Ils prêchent la paix et la liberté, tout en produisant pour que dalle des aliments monoculturés qui polluent les sols des pays pauvres, puis jouent sur les prix afin de vous les revendre à prix d’or. Ils jouent avec les jours d’ouverture des magasins, pour faire couler les petites enseignes ; ils polluent votre corps, ils vous payent une misère, et parasitent l’Etat, en détournant ce qui pourrait atténuer les blessures du peuple afin de se faire construire des villas dans des pays ensoleillés. Ils envoient leurs émissaires conquérir les mairies, les départements, les régions, l’Assemblée, le Sénat, et la Présidence.

  Surtout, ils vous mentent. Pour Sarkozy, la politique est un jeu : il faut donner les bonnes réponses, faire des jolis discours, du genre spontané, homme de la rue, les yeux dans les yeux. Ces types vendent des armes à des terroristes, cachent des accidents nucléaires, misent sur la famine et ne savent répandre que la peur et la confusion pour maintenir leur emprise, lorsqu’ils ne truquent pas la légitimité du système – la Démocratie ; la Justice ; le Droit d’Expression.

  Le JRDF, n’aurait pas assez des majeurs tombés en poussière de tous les humains s’étant succédé sur cette Terre, pour répondre à ces insultes. Des dizaines de milliards de doigts d’honneur, seraient muets face au danger, tout-à-fait réel, de la situation actuelle.

 

  Ami lecteur, ami français ; Sartre écrivit que les français n’avaient jamais été aussi libres, que lors de l’Occupation – parce que les nazis avaient forcé les gens à faire des choix.

  A présent, internaute inconnu et que j’aime pourtant, peu importe tes convictions, si tu prends le temps de t’informer, la bonne nouvelle est que tu es libre.

  La mauvaise, est qu’il va falloir décider de ce que tu vas faire, maintenant.

 

 

 

  8 octobre 2008

 

 

  Sarkozy lui-même l’admet, en privé : « Il est clair qu’il faut changer de stratégie. Les promesses initiales ne seront pas tenues. Si on reste sur la problématique emploi-pouvoir d’achat, on est cuits. » (Propos rapportés par le Canard Enchaîné)

  Voici donc un masque, déjà bien fragile, qui se désagrège. N’en espérez pas beaucoup de l’équipe actuelle, en place au gouvernement, et également majoritaire dans les deux chambres du Parlement. Ceux qui, hier, plastronnaient leur fibre écologique, ont donné raison aux lobbies des pesticides et des OGM. Ceux qui voulaient augmenter le pouvoir d’achat, n’ont même pas su faire augmenter les salaires, ou lutter efficacement contre la hausse des prix. Quant à la crise des subprimes, du crédit hypothécaire de manière générale, celui qui vient aujourd’hui rassurer les français en souhaitant moraliser le capitalisme financier, était pourtant bien le promoteur de ces mêmes crédits, pas plus tard qu’en 2007.

  Pour lui, « les français n’étaient pas assez endettés. » Pour lui, « Ceux qui ne s’endettaient pas exprimaient une crainte pour le futur. » ; On voit le résultat de ces crédits massivement mafieux, usuriers, impossibles à rembourser et générant des millions d’expropriations dans le monde entier : Loin de conforter encore plus les magouilles du marché financier… elles l’ont presque fait exploser.

  Celui qui, hier, jurait ses grands dieux que l’Etat n’avait plus d’argent à investir ou à redistribuer, veut aujourd’hui racheter des banques entières, pour une addition se chiffrant en dizaines de milliards d’euros – au minimum. Où se situe la vérité ?

  Celui qui a utilisé le problème des chiens dangereux, ne s’est même pas donné la peine de faire appliquer les lois qui ont été votées relativement à ce problème. En revanche, le sacrifice du Code du Travail, lui, est bien entériné…

  Le JRDF avait évoqué la participation future de la France dans la guerre qui se prépare contre l’Iran. Au vu de la gestion du bourbier afghan, on ne peut que prévoir de prendre de grosses doses de tranquillisants… Les demandes de l’armée ne sont pas satisfaites, et nos troupes se battent avec du matériel inadapté. Elles sont même forcées à acheter une bonne part de leur équipement ! Tout cela, parce que Mr Sarkozy croit tout savoir mieux que tout le monde. Il dirige sans concertation ; Ce qui rappelle un certain autre de ses confrères, qui s’y est cassé les dents, à une autre époque (petit indice : c’était contre l’URSS).

  Restons dans les parallèles historiques. La rétroactivité des lois est en train de revenir au goût du jour. Elle dont la réfutation, à l’exception d’une loi plus clémente, était l’un des piliers de notre Justice ; Voici maintenant qu’en France, mieux que dans Minority Report, on condamnera quelqu’un sur un délit ou un crime qu’il pourrait potentiellement commettre. Et puisqu’on aborde le thème des prisons… On n’aurait plus d’argent pour en construire d’autres, afin de désengorger des établissements occupés jusqu’à plus de 200% ; par contre, on en a suffisamment pour faire rehausser tous leurs murs de deux mètres. Pas assez d’argent pour mettre en place, réellement, le bracelet électronique, mais assez d’inconscience politique pour faire appliquer des peines-planchers, qui vont encore plus surcharger les pénitenciers.

  Voilà où nous en sommes, ami lecteur, en ce mois d’octobre 2008. Salaires trop bas, impôts directs trop hauts et nouvelles taxes à venir, chômage dissimulé (qui augmente tout de même), lois inappliquées, médecine publique démontée pour faire de la place à la médecine privée, médias de plus en plus étroitement surveillés, et contrôlés, déficit qui augmente alors que les prestations sociales baissent, crise du logement résorbée seulement en paroles, catastrophe militaire en Afghanistan, Union Euro-méditerranéenne en standby et, évidemment, en fond de tout ça, le très cher modèle ultralibéral de Mr Sarkozy, celui-là même qui était adopté par les néo conservateurs ricains, obligé de recourir à l’Etat pour ne pas crever la gueule ouverte sur le trottoir.

  C’est quand même marrant, ceci dit, de voir les apôtres du marché financier dérégulé, faire appel aux principes élémentaires du… socialisme !

 

————————————————————-

  8 mai 2007 

  Putain, cinq ans (de plus…)

  Le peuple a tranché, aidé par de nombreux médias, et par le système électoral de notre beau pays (en-dessous de 20%, un parti n’a pas de représentation, sauf les communistes et les « ralliés centristes de l’UMP » [humour français] ); L’UMP a gagné la bataille de 2007, plaçant S. à sa tête ; la droite est majoritaire dans toutes les institutions (excepté régionales et municipales, pour l’instant) : Assemblée Nationale, Sénat, CSA, Conseil Constitutionnel. La droite détient l’intégralité du 92, à quelques villes près, soit le coffre-fort de France. Elle a le soutien du MEDEF, d’une énorme part des médias (presque toutes les télévisions, déjà, plus des centaines de publications, de nombreuses radios, portails Internet…). S. s’est pavané sur son yacht, tandis que son ami Bolloré prétendait qu’il n’était pas en affaire avec l’Etat (mensonge éhonté) et que sa famille avait aussi accueilli, à son retour de déportation, Léon Blum (encore un mensonge). Guy Môquet est exhumé pour servir le patriotisme de l’UMP (lui qui est mort pour avoir eu le tort d’être communiste… On oublie qu’à l’époque, cette même droite avait ainsi préféré épargner les « bons français » pour satisfaire les appétits vengeurs du Führer…); Fillon joue son gros dur, et « l’ouverture » de l’UMP devrait à présent se limiter sérieusement; un intellectuel a dit, pardon d’avoir oublié son nom, mais je n’oublie pas au moins sa sagesse : « Avec Sarkozy, le sens même des mots changera ».

   C’est exactement cela. De la mythomanie à l’état pur. Les exemples foisonnent tant que ce blog en est, au moins pour moitié, constitué.

  Il continuera, modestement, à remplir sa tâche pour les quelques visiteurs qui veulent se donner la peine de chercher la vérité même fragmentaire, même modestement rapportée sur un blog, perdu sur la toile; je m’engage, malgré mon attachement politique, à n’épargner ici personne, et surtout pas ceux dont je soutiens les idées. Je continue à penser que le programme de Royal était, et est toujours, REVOLUTIONNAIRE. Hélas la France ne l’est pas, du moins pas pour l’instant. La modernité n’y est pas à l’ordre du jour, et les jurys citoyens, la réforme des institutions, la lutte active contre la corruption, contre les marchés truqués, contre le défonçage en règle des PMEs et de l’artisanat au bénéfice du Grand Capital, l’engagement sur la hausse des salaires, des retraites, la stabilisation des prélèvements obligatoires, la lutte écologique REELLE, l’introduction de normes sociales et simplement humaines dans ce monstre de droite (voire pire) qu’est devenue l’Europe, la Sécurité Sociale Professionnelle, la création de centaines de milliers de logements… Tout cela est, momentanément, passé à la trappe de l’Histoire.

  Personnellement, j’en suis affligé, et masochiste comme l’est votre serviteur, je le suis aussi pour l’ensemble des français. Dommage pour eux, pour moi, pour nous. Ce ne sont que des avis personnels. Rien ne vous force à les partager; et je souhaiterais même me tromper. Mais un traité européen rejeté sera imposé de force aux français. Une guerre dont ils n’ont pas voulu sera autoritairement (au nom de la lutte contre le « terrorisme international ») engagée, malgré tout, voire d’autres. Les USA veulent rester une décennie de plus en Irak. Toutes les alliances, toutes les amitiés se payent; le MEDEF va bientôt pouvoir amender, sans vote du Parlement, le Code du Travail (véridique); tout pacte a son prix, monsieur Sarkozy; heureusement, ce n’est pas vous qui réglerez l’addition. Ce sera nous, pauvres pigeons que nous sommes.

  Oui, je dis « nous »; j’ai beau haïr le dogmatisme stupide de la droite, de nombre de ses électeurs qui tirent une fierté malsaine à bloquer leurs votes sur « droite et extrême-droite », peu importe leurs intérêts ou les programmes proposés, j’ai beau hurler lorsque je lis la ventilation du vote Royal, majoritaire jusqu’à 65 ans, une première, j’ai beau avoir serré les dents en constatant que ce sont des retraités souvent déconnectés de la réalité qui ont imposé un Président à une population active qui a voté l’inverse… je garde un peu d’espoir. L’espoir, qu’un jour les gens verront qu’à 95% ils sont des PAUVRES, même les docteurs, même les artisans chanceux, même les classes moyennes qui se croient riches avec 3000 Euros par mois. L’espoir qu’un jour, tous ces gens réaliseront que la droite NE VEUT PAS qu’ils s’enrichissent, car alors ils rentreraient en CONCURRENCE avec leurs appétits élitistes et leur politique qui se résume à monopoliser tous les pouvoirs, pour assurer uniquement LEUR enrichissement. L’espoir qu’un jour, les gens comprendront que les plus pourris et les plus nantis, de naissance, en voudront toujours plus, ne lâcheront jamais leur pouvoir, et pourront TOUJOURS financer un parti politique.

  La gauche, ce n’est que le refus du fait que les grands industriels soient aussi les marionnettistes de notre société. Les gens aiment les dorures, les limousines et les discours sécuritaires;  mais ces ors sont payés au prix de la misère d’une partie toujours plus grandissante du peuple, et ces discours ne sont seulement que des paroles; il ne suffit pas d’être Ministre de l’Intérieur pour savoir gérer la police d’un pays. Le témoignage de nombreux policiers m’en a convaincu. Il suffit malheureusement de quelques chaînes de télévision pour faire croire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Tant pis si les forces de l’ordre passent pour des bourreaux, tant pis si des hommes craquent et s’ils se suicident, ou démissionnent, tant pis pour Mr S., tant qu’il aura ses chiffres truqués à présenter au JT de 20H.

  J’espère voir cela, un jour. Voir les gens s’intéresser REELLEMENT à la politique, et pas seulement à leurs petits problèmes personnels que la droite sait toujours identifier, et utiliser à bon escient. Chacun a son ennemi, mais le pire des maux se trouve, potentiellement, au gouvernement. En attendant, je reste là, ami lecteur, pendant cinq années, et peut-être plus, s’il le faut. Je ne te connais pas, lecteur, mais si tu as lu ce message jusqu’ici, tu as au moins une part de mon respect. Si tu l’as apprécié, et si tu sens aussi cette frustration d’avoir raté un évènement inédit en France, troqué contre un assortiment de mensonges contradictoires et de mesures profondément antisociales… Alors, ne t’en fais pas. Nous ne sommes pas la majorité, mais nous n’avons pas à rougir. Il vaut mieux perdre avec un tel programme que gagner en trompant les gens, en récitant des discours écrits par d’autres, ou pompés sur d’autres. Honte aux manipulateurs, honte aux escrocs.

 

 - JRDF. 

————————————————————————–

  Mars 2007

  Ami  lecteur,

  Je me permets de t’interpeller en ces termes si familiers afin d’exprimer l’universalité de ce site dédié à la réflexion politique… Bref, c’est un blog et bienvenue à bord.

  Exprimer un profond sentiment, une tendance constatée sur un pays durant des années en quelques phrases, n’est pas aisé… Je n’aime pas les constats désabusés du genre « la France va mal » ou alarmistes – pour ne plus dire « déclinistes » – mais il semble que ce cher hexagone soit au bord de différentes crises : Institutionnelle en premier lieu, sociale ensuite (et ce n’est pas nouveau), écologique enfin, sans parler des déficits de commerce extérieur qui sont plus ponctuels (et imputables au gouvernement en place).

  Les extrémités du type émeutes sont déjà apparues, plusieurs fois, pas seulement en 2005, et pour différents motifs – même si le plus courant reste la bavure policière.

  Depuis 5 années, l’UMP a le pouvoir, et a Berlusconisé la France, si tant est que ce sinistre italien ait inventé quelque chose ; le pouvoir a été concentré entre quelques mains, avec la bénédiction des quelques gros groupes financiers qui ont acheté les médias ; La pénibilité du travail s’est accentuée avec le dévoiement des 35 heures, et les écarts salariaux se sont creusés entre les employés et les (très gros) patrons, sur fond de hausse des prix non enregistrée par l’INSEE (dont les chiffres du chômage viennent également de ne pas être certifiés); pour esquisser une jolie métaphore, la France est essoufflée, tant d’un point de vue économique que humain / citoyen.

  C’est que le MEDEF et de nombreux grands escrocs ne sont ni très patriotes, ni très humanistes.

   Or, ce sont eux qui tirent les ficelles, depuis plusieurs années; et ils disposent d’un éventail de moyens pour arranger la vérité. Technique ô combien classique, en définitive, qui consiste à tuer le pluralisme, pour asseoir son pouvoir.

  Non, décidément, la liberté d’expression ne rapporte pas.

  Bien, moi je me fous des thunes, et j’en connais d’autres encore qui s’intéressent à leur pays et à ses futures destinées politiques.

  Ce blog essaiera de relater les évènements futurs d’une – peut-être – nouvelle République parlementaire à la Royal… peut-être un régime présidentiel qui favorise grandement les très très riches – donc une sorte de ploutocratie moderne – à la Sarkozy. Peut-être même un bon gros régime d’extrême-droite, qui sait…

  Depuis des années, dans toute l’Europe, la gauche de gouvernement et les partis ultranationalistes sont en guerre idéologique ; le 21 avril 2002 l’a montré. Il y aurait donc trois camps (l’UDF étant allié à l’UMP, il n’y a pas vraiment de différence fondamentale), sans compter les groupes d’extrême-gauche qui n’ont pas vocation à occuper le pouvoir.

  Bref, c’est le bordel. Des dizaines de pourcents de votants, au final, ne sont pas représentés dans le système français, ceci incluant des partis comme le FN ou la LCR. Le vote blanc n’a toujours pas été réinstauré. Quelles solutions face à ce système en bout de course ?

  Une révolution démocratique. Au moins ça; ou plutôt plusieurs révolutions : institutionnelle, sociale, environnementale. 

  Coup de chance, il semblerait que la candidate Royal ait au moins initié des démarches indubitablement révolutionnaires, à travers les jurys citoyens, la démocratie participative, les budgets participatifs. Son projet inclut également une dose de proportionnelle dans les élections afin de permettre à tous les partis d’être représentés ; enfin, sur le plan de l’écologie, son expérience est manifeste, et sa volonté semble farouche.

  Bref, faire une révolution globale, citoyenne, écolo, et de gauche… C’est possible. Mais attention : pas d’idolâtrie ! La Révolution n’appartient à personne; si elle est incarnée actuellement par Royal, il s’agit d’un processus long, sérieux, difficile parfois à comprendre.

  C’est ce que nous essaierons de faire, ici; il ne s’agit pas seulement d’une élection présidentielle, de deux ou de dix, mais également d’élections législatives, régionales, européennes, municipales… Sur tous les plans, la gauche doit triompher, tant dans les urnes que dans les faits.

  Royal, le Parti Socialiste, et peut-être toute la gauche désamorceront-ils la bombe ?

  JRDF, Nicolas Chelay, Rédacteur.

8 réponses
  1. Personne Regardante
    22 avril, 2007 | 1:16 | #1

    La lecture de cette page de garde impérieuse m’inquiètera assez peu, finalement : d’une part, je suis d’accord avec un certain constat de mauvaise gestion général. Mais, d’autre part, je n’aime guère l’impression d’anarchie, de figuration et de « citoyenneté-objet » ou de « cités-potiches » de se dégager de l’invocation de la figure tutélaire de la Marianne d’obédience « parti socialiste ». Car son invocation suffit. La tutelle est en trop. Pour moi en tout cas. Pas trop tôt, pas de trop. Tôt est déjà trop sauf cas de force majeur.

    En plus clair encore, et dans un esprit de complète fraternité, je trouve que nous ne sommes pas des gamines ou des gamins qui voudraient avoir le dessus, ou le prendre, sur tel ou telle congénère.

    Or le faisceau des licteurs précédait assez souvent la justice. Dicunt.

  2. 12 mai, 2007 | 13:23 | #2

    et pourquoi ne répondez vous pas au message que l’on envoie si ceux ci ne vont pas dans votre sens?

    La critique est facile et ne mène à rien or je m’aperçois que sur l’article « elle en a fait plus en 6 mois… » du 5 mai vous ne m’avez toujours pas répondu ; je trouve celà dommage car la démocratie repose sur la confrontations d’idées pour permettre le bien être collectif (ce que Mme Royale n’avait pas compris…)

    J’attend, si vous le permettez, votre réponse.

    Dernière publication sur le point de vue d'un drôle d'oiseau : attractivité du paraître

  3. Habercome
    28 août, 2007 | 2:41 | #3

    « Faire la révolution c’est prendre le pouvoir et la richesse, pas les anéantir. »

    On peut faire une révolution sans parti. On est pas obligé d’avaler leur conneries, identiques mais différemment proposées.

    Si Mme Royal avait été élue, le soleil aurait-il brillé davantage sur les vacances de ceux qui ne partent pas?

  4. Dominique M
    17 octobre, 2007 | 22:39 | #4

    @Habercome,
    Bien sûr que le soleil n’aurait pas plus brillé mais peut-être que ceux qui ne partiront pas plus en vacances en 2008 auraient eu cette possibilité.
    Peut-être qu’après ces premiers mois de gestion Sarkozy, vous avez réalisé enfin que les pauvres resteront où ils sont, voire qu’ils s’appauvriront davantage. A moins que vous ne fassiez partie de cette frange minime de la population qui s’enrichissent sans voir que c’est au prix de l’appauvrissement du plus grand nombre et sans vous en apercevoir !

  5. Samuel
    16 avril, 2008 | 21:51 | #5

    Je vois pas de « conact » comment on fait pour parler au webmaster?

  6. 12 juin, 2008 | 19:00 | #6

    bonjour à toi
    ça fait plaisir de lire tout ça !
    allé courage et à force on y arrivera… peut être
    bonne continuation
    C-C8
    je repasserais

  7. Michel
    28 juin, 2009 | 8:55 | #7

    Bonjour !

    Dans le cadre d’échange de « liens amis » entre sites/blogs proches idéologiquement, je vous propose de placer un lien vers votre site (et inversement pour vous) !

    Si cette idée vous convient MERCI de me le faire savoir, je serai heureux de partager notre combat !!

    Merci par avance !

    Fraternellement,

    Michel

    CARREFOUR ANTICAPITALISTE
    Gauche radicale écologiste

    http://kropotkine.jimdo.com

  8. Lacapelle
    24 mars, 2010 | 11:09 | #8

    Bonjour,

    Je cherche depuis plusieurs mois à vous joindre mais impossible de trouver une adresse de contact.
    Je souhaiterais vraiment pouvoir échanger avec le webmaster de votre blog, sur un problème me concernant.
    Je suis à votre disposition par mail.
    Merci par avance pour votre contact.

Laisser un commentaire

WADE - Président - |
la vérité |
Mohamed Fouad Barrada |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sarkosy un espoir pour la f...
| Sylvie Trautmann
| optiqueslibérales